Tout savoir sur le fraisier

Plante vivace à feuilles formées de trois folioles dentées, implantées sur une tige souterraine très courte et formant une touffe plus ou moins volumineuse. Cette tige ou “rhizome” émet dans la plupart des cas des stolons (appelés aussi “filets” ou coulants”), longues pousses souples qui s’enracinent spontanément de place en place pour donner naissance à de nouvelles plantes. Vous souhaitez tout savoir sur le fraisier ?

Tout savoir sur le fraisier : Multiplication

Le semis ne s’applique qu’aux fraisiers des “Quatre Saisons” : semez en terrine à l’ombre en juin, en maintenant la terre légèrement humide. La levée demande une quinzaine de jours. Au stade 2 ou 3 feuilles, repiquez les plants sous châssis où ils passeront l’hiver, puis plantez en mars-avril.

Pour les autres, il s’agit de multiplication végétative : division des touffes pour les variétés ne produisant pas de stolons, mais dans la plupart des cas c’est la multiplication par stolons qui est utilisée. Nous ne vous conseillons toutefois pas de procéder vous-même à cette multiplication, mais de toujours vous procurer les plants qui vous sont nécessaires chez un producteur spécialisé.

Tout savoir sur le fraisier : Rendement

Les fraisiers à petits fruits ont un rendement de 400 à 700 g/m² pour la saison.

Ceux à gros fruits remontants et non remontant, ont un rendement de 1,5 kg/m² pour l’ensemble de la saison. (en deux fois pour les remontants et en une seule fois pour les non remontants).

Tout savoir sur le fraisier : Particularités de la végétation

Le fraisier préfère les climats suffisamment froids en hiver pour lui assurer une période de repos marquée. Il supporte alors sans dommage des températures de -15°C à -20°C.

Par contre, sa floraison survenant en avril-mai, il est très sensible aux gelées tardives de printemps. Dans les endroits exposés à ces dernières, prévoyez un abri adéquat : tunnel plastique, voile de forçage.

Tout savoir sur le fraisier : Exposition

Les fraisiers à petits fruits se plaisent à exposition modérément ombragée. Les fraisiers à gros fruits remontants ou non exigent une exposition ensoleillée.

Tout savoir sur le fraisier : Sol – Fumure

Seul les sols très calcaire ou excessivement humides en permanence sont contraires au fraisier, qui préfère les terrains silico-argileux riches en humus et légèrement acides ou neutres (pH 6,5 à 7,5).

L’emplacement ne doit pas avoir été affecté à cette culture depuis 4 à 5 ans au moins, et doit être exempt de mauvaises herbes.

Labourez le terrain un mois au minimum avant la plantation afin qu’il ait le temps de se retasser. Enfouissez en même temps : fumier ou compost très décomposé et engrais de fond.

Tout savoir sur le fraisier : Epoque de plantation

Pour toutes les variétés, à l’exception des “Quatre Saisons”, la période la plus propice à la mise en place des fraisiers se situe du 15 août au 15 octobre, le plus tôt étant le mieux, pourvu que des arrosages soient assurés régulièrement. A cette époque, les plants ont le temps de s’enraciner avant l’hiver et ils fructifient normalement l’année suivante.

Une autre période favorable à la reprise se présente au printemps, en mars-avril, mais elle ne convient bien qu’aux fraisiers des “Quatre Saisons” (pour lesquels c’est le meilleur moment) et aux variétés remontantes qui produisent à partir de fin août-septembre.

Tout savoir sur le fraisier : Mise en place

Afin de faciliter les cueillettes et l’entretien ultérieur, la meilleure disposition consiste à planter vos fraisiers par séries de deux rangs, chacune des ces “planches” étant séparée de la suivante par un sentier ou de 60 cm de largeur.

Les fraisiers craignant beaucoup l’humidité stagnante, il est recommandable en terrains imperméables de les planter sur butte.

Espacez les fraisiers de 30 à 40 cm sur le rang suivant la richesse du sol et la vigueur des variétés.

Pour obtenir une bonne reprise, il est impératif que les racines des plants retrouvent dans le sol leur position naturelle et qu’elles ne soient jamais retroussées vers le haut.

Au pied de chaque fraisier, tassez fortement le sol et ménagez une petite cuvette qui retiendra l’eau d’un copieux arrosage.

Tout savoir sur le fraisier : Paillage du sol

Très utile au fraisier, le paillage consiste à recouvrir la surface plantée d’une couche isolante dont le rôle est triple :

  • Elle conserve l’humidité souterraine en s’opposant à son évaporation.
  • Elle empêche la croissance des mauvaises herbes (à condition d’être opaque).
  • Elle isole les fruits du sol et les empêche d’être souillés de terre après la pluie.

Traditionnellement, cette couche isolante était composée de paille de seigle étalée entre les plants, (d’où le nom du procédé), mais ce matériau n’est plus couramment disponible.

Les producteurs remplacement désormais la paille par du film plastique spécial. Ce procédé est transposable dans votre jardin.

Mettez le film en place préalablement à la plantation : déroulez-le sur le sol bien nivelé en le tendant le mieux possible, et à l’emplacement prévu pour chaque fraisier, pratiquez une incision en croix au centre de laquelle vous mettrez le plant en place avec précaution.

Le paillage plastique est surtout adapté aux plantations fréquemment renouvelées, comme celles des professionnels ; au-delà d’un délai supérieur à 2 ans, les fumures d’entretien risquent en effet d’être difficiles à appliquer.

Tout savoir sur le fraisier : Soins d’entretien

Arroser régulièrement par temps chaud et sec pour favoriser la végétation et limiter les attaques d’araignées rouges. Supprimez les stolons au fur et à mesure afin de concentrer toute “l’énergie végétative” dans les fruits.

En octobre (ou dès la fin de la production des variétés remontantes), nettoyez les fraisiers en éliminant toutes leurs parties mortes ou malades.

Tout savoir sur le fraisier : Fertilisation

Au printemps, dès les premiers signes du réveil de la végétation, appliquez un engrois spécial tel que l’engrais fraisiers à raison de 40 à 50 g/m². Dès la fin de la première fructification (en juin ou juillet selon les variétés), renouvelez l’apport d’engrais pratiqué.

En fin de production, si la plantation n’est pas établie sur plastique, épandez par mettre carré 100 g de fumier ou compost déshydraté et 50 g d’engrais de fond. Incorporez-les au sol par griffage superficiel.

Tout savoir sur le fraisier : Récolte

Les fraisiers des “Quatre Saisons” fructifient sans discontinuer de mai-juin jusqu’en octobre.

Les fraisiers à gros fruits remontants fructifient une première fois en mai-juin puis “remontent” jusqu’aux gelées.

Les fraisiers à gros fruits non remontants ont la totalité de leur récolte qui s’échelonne sur une durée de 3 à 4 semaines, plus ou moins précoce selon les variétés : en climat moyen, les plus hâtives sont généralement bonnes à récolter du 15 mai au 15 juin, celles de moyenne saison du 1er au 30 juin et les plus tardives du 15 juin au 15 juillet.

Tout savoir sur le fraisier : Parasites et maladies des fraisiers

Plants sains obligatoires. Tous les fraisiers sont en effet attaqués par des maladies causées par des virus et que propagent les pucerons. Ces affections se traduisent par des colorations anormales ou des déformations du feuillage, la diminution de la taille des fruits et par le rabougrissement des plants.

C’est finalement la “dégénérescence” de ces derniers dont la production chute de façon spectaculaire.

Dans tous les cas, la dégénérescence oblige à renouveler périodiquement les plantations.

Il est évident toutefois que, si vous pratiquez ce changement à partir de vos propres fraisiers, les jeunes plants que vous obtiendrez sur les stolons seront tout aussi infectés que leurs parents. Il n’en va pas de même pour ceux qu’élèvent les producteurs et que vendent les magasins spécialisés.

Tout savoir sur le fraisier : Variétés

Cette espèce a donné naissance à un nombre considérable de variétés qui peuvent être rattachées à trois groupes distincts :

Fraisiers à petits fruits, dits des “Quatre Saisons” : Race vigoureuse, produisant en abondance des petits fruits très parfumés qui rappellent la fraise des bois. Ils fructifient sans discontinuer de mai-juin jusqu’en octobre.

Fraisiers à gros fruits remontants (fructification échelonnée) : Leurs fruits sont de taille variable mais ils sont toujours nettement plus volumineux que ceux des “Quatre Saisons”. Ils fructifient une première fois en mai-juin puis, “remontent” jusqu’aux gelées.

Fraisiers à gros fruits non remontants (fructification groupée) : Leurs fruits sont du même genre et souvent plus gros que ceux des précédents mais, contrairement à eux, la totalité de leur récolte ne s’échelonne que sur une durée de 3 à 4 semaines. Cette production “groupée” peut être intéressante si vous souhaitez disposer ponctuellement d’une masse de fruits importante, pour faire des confitures par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *