Comment réaliser vos semis en terrine ?

Adoptez ce procédé de semis pour toutes les espèces délicates, à graines fines et notamment pour tous les semis en pépinière à effectuer “à chaud”, en serre, ou à la maison. Alors comment réaliser vos semis en terrine ?

Comment réaliser vos semis en terrine : bien choisir votre terrine

Utilisez à volonté : terrines de terre cuite, de fibrociment, ou de plastique, caissettes de bois, pots de fleurs, etc… L’important est que leur fond soit percé afin de permettre l’évacuation de l’eau en excès.

Si les récipients de terre cuite sont neufs, faites-les tremper quelques heures dans l’eau avant de les employer. Les bacs ayant déjà servi doivent être lavés et brossés afin d’éliminer la terre y adhérant. En effet, elle contient souvent des germes de maladies. Les terrines en matière plastique sont supérieures à cet égard, du fait que leurs parois parfaitement lisses sont très faciles à nettoyer.

Comment réaliser vos semis en terrine : le terreau

La graine possédant les réserves nutritives utiles aux premiers stades de la végétation, le mélange terreux utilisé n’a pas besoin d’être très fertile. En revanche, il doit être meuble et perméable. Composez-le par exemple de 3/4 de terreau et 1/4 de sable assez grossier.

Le commerce vous offre également des milieux de culture artificiels appelés “terreaux de semis“. Ils sont à base de tourbe enrichie d’engrais, de vermiculite, ou de perlite, qui ont l’avantage d’être absolument exempts de champignons parasites. Ces champignons causent la “fonte des semis”. Ainsi, l’emploi de terreau de semis est vivement recommandable pour tous les semis délicats.

Notez toutefois que vermiculite et perlite (misachistes expansés par la chaleur), sont complètement dépourvues d’éléments nutritifs. Elles imposent un repiquage très précoce avant que les jeunes plants aient épuisé les réserves de la graine.

Comment réaliser vos semis en terrine : réalisation du semis

Préparation

  • Recouvrez les fentes ou trous de drainage de la caissette, de la terrine de tessons de poterie ou de gros gravier non calcaire. Ensuite, étalez 1 à 2 cm de terreau peu décomposé (résidus de tamisage) afin de constituer une “couche drainante”.
  • Remplissez la terrine “par-dessus bords” avec du mélange terreux très légèrement humide mais non mouillé.
  • Égalisez la surface en raclant la terre en excès au moyen d’une réglette prenant appui sur les côtés du récipient.
  • Tassez le sol avec une planchette de façon à ramener son niveau à 1,5 cm au-dessous du rebord.
  • Déposez une couche de 5 mm environ de terre fine sur l’assise précédente. Le but est de constituer un “lit de semences” qui adhérera parfaitement aux graines. Tassez à nouveau légèrement pour niveler parfaitement la surface.

Plantation

  • Semez à la volée, aussi clair et régulièrement que possible. Utilisez le sachet ou un carton mince mince plié en deux en guise de semoir. Vous pouvez également, si les graines sont assez grosses, semer dans de légers sillons de 3 à 5 mm de profondeur. Espacez-les de 2 cm, imprimés dans la terre par la simple pression de l’arête d’une baguette.
  • Recouvrez à nouveau d’un peu de terreau fin sur les semences. Recouvrez du double de leur épaisseur environ et tassez une dernière fois. Les graines les plus menues : agératum, bégonia, calcéolaire, gloxinia, lobélia, muflier, pétunia, etc… ne sont pas recouvertes mais simplement affermies à la surface du sol par le tassement.
  • Arrosez en trempant la terrine jusqu’aux deux tiers de sa hauteur dans une cuvette pendant une dizaine de minutes. C’est le temps nécessaire pour que la terre s’imbibe par capillarité.
  • Couvrez ensuite celle-ci d’une vitre qui sera retournée chaque jour pour éliminer les gouttelettes d’eau qui s’y condensent.
  • Arrosez un peu jusqu’à la germination, seulement si la surface paraît se dessécher. Utilisez un arrosoir à pomme très fine ou un pulvérisateur.

Surveillance

Dès que la levée se manifeste franchement, commencez à aérer. Soulevez vitre d’un côté au moyen d’une petite cale en bois. Placez les terrines en pleine lumière pour éviter l’étiolement, mais ne les exposez toutefois pas au plein soleil. Cela pourrait provoquer des brûlures.

Si vous opérez dans la maison, disposez les semis aussi près que possible de la fenêtre et tournez- les chaque jour d’un demi-tour. Cela compensera l’effet de l’éclairage latéral qui tend à attirer les plantules du côté du jour.

Lorsque la levée vous paraît complète, ôtez définitivement la plaque de verre et arrosez quotidiennement suivant les besoins.

N’hésitez pas à visiter notre boutique en ligne pour retrouver tout l’équipement nécessaire à vos semis et bouturages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.