Les différentes méthodes de semis en pleine terre

Le semis consiste à déposer en pleine terre la graine d’une plante en lui assurant l’humidité convenable et la température suffisante pour déclencher sa germination, premier stade de formation de la nouvelle plante qu’elle va engendrer. Alors quelles sont les différentes méthodes de semis en pleine terre ?

Les différentes méthodes de semis en pleine terre : En place ou en pépinière

Le semis en place est celui effectué à l’emplacement où la plante poursuivra toute sa végétation. Il s’applique donc essentiellement aux espèces rustiques dont la culture est effectuée en saison normale ou à celles qui ne tolèrent pas le repiquage.

Les autres sont semées en pépinière, c’est à dire sur un emplacement temporaire d’où elles seront arrachées pour être transplantées ailleurs, lorsque les plants auront atteint un développement suffisant.

Selon les espèces et l’époque du semis, la pépinière est située en plein air (au printemps : dé préférence en côtière ou ados) ou, mieux, sous abri vitré, chauffé ou non.

Dans tous les cas, ameublissez finement le sol de cette parcelle et incorporez-y du sable, de la tourbe et du terreau pour créer un milieu meuble, bien drainé et aéré, propice à la germination.

Les différentes méthodes de semis en pleine terre : Semis à la volée

Le semis à la volée consiste à répartir les semences sur le sol sans ordre particulier, mais aussi régulièrement que possible.

Le type de ce semis est celui du gazon : les semences prises à poignées sont lancées “en éventail” en aident leur dispersion d’un mouvement saccadé de la main.

Apparemment simple, le semis à la volée exige cependant une pratique accomplie pour être parfaitement réussi.

A part le cas particulier de la pelouse, nous ne vous le recommandons pas pour les cultures de pleine terre car, si celui-ci est trop dense, les plantes se gênent vite mutuellement et les soins (éclaircissage, désherbage) sont difficiles à assurer. Il entraîne aussi un inutile gaspillage de semences.

Les différentes méthodes de semis en pleine terre : Semis en lignes

Préférez le semis en lignes que vous exécuterez en déposant les graines dans de petits sillons (rayons) de profondeur proportionnée à la grosseur des semences et d’espacement variable selon la taille qu’atteindront les plantes (soit 5 à 7cm pour l’obtention de plants à repiquer).

Suivant le cas, ces rayons seront creusés dans le terrain finement ameubli et parfaitement nivelé, avec la pointe d’une serfouette ou l’extrémité d’un manche d’outil guidé par un cordeau, ou encore imprimés avec l’arête d’un tasseau appuyé sur le sol.

Une variante de cette technique, dite ‘semis dispersé sur rang large”, s’applique aux légumes dont la partie utile est une racine ou un bulbe (betterave, carotte, navet, oignon, radis, etc.).

Elle consiste à utiliser la “panne” de la serfouette (côté large de l’outil) pour creuser un rayon à fond plat de 8 à 10cm de largeur sur 2 à 3cm de profondeur.

Les graines sont réparties sur toute la largeur de ce rayon.

Une fois les semences en place au fond des rayons, recomblez ceux-ci en rabattant la terre au moyen du râteau et tassez en frappant avec le dos de ce dernier.

Plus les graines sont fines et moins elles doivent être enfouies profondément. Il suffit pratiquement qu’elles soient recouvertes de 2 à 3 fois leur épaisseur, soit quelques millimètres seulement pour les plus fines.

Dans ce dernier cas, il est préférable de les recouvrir avec du terreau tamisé, du sable ou de la tourbe plutôt qu’avec de la terre qui risque d’entraver la levée en formant une croûte dure.

Arrosez ensuite régulièrement pour provoquer la germination. L’arrosage doit être fait en pluie fine à l’aide d’un arrosoir à pomme fine, d’un pistolet ou fusil arrosoir branché au tuyau d’arrosoir, ou d’une installation de micro-aspersion basse pression, éventuellement commandée par un programmateur d’arrosage.

Les différentes méthodes de semis en pleine terre : Semis en poquets

Pratiquez-le pour le semis en place des espèces dont le grand développement nécessite un espace important entre plantes : pois et haricots à rames, melon, cornichon, fleurs grimpantes ou de taille élevée.

L’emplacement des lignes étant marqué par un cordeau, ce mode de semis consiste à déposer quelques graines dans des trous peu profonds dits “poquets”, creusés à la serfouette aux intervalles prévus sur le rang entre les plantes ou groupes de plantes.

En ouvrant les poquets, il est avantageux de tirer la terre sur le côté nord du trou : les graines se trouvent ainsi adossées à une “côtière” miniature orientée au Sud et cette exposition privilégiée peut avancer la levée de plusieurs jours.

Recouvrez enfin les semences selon les principes ci-dessus.

Les différentes méthodes de semis en pleine terre : Eclaircissage

Les semis faits en place sont presque toujours trop serrés, ce qui entraîne une mauvaise croissance et le développement de parasites.

Dès que la levée de ceux exécutés en ligne est bien assurée, arrachez tous les plants en surnombre de façon que ceux qui restent se trouvent correctement espacés sur chaque rang.

Pour les semis en poquets (sauf pour les pois, haricots, fleurs grimpantes, cultivés en touffes de plusieurs plantes), éclaircissez en deux fois par mesure de prudence : éliminez d’abord la moitié des plants obtenus, puis 8 jours plus tard, effectuez la sélection finale en conservant seulement le plus beau de chaque groupe.

Afin de minimiser les conséquences des bouleversements imposés aux plants par l’arrachage de leurs voisins, arrosez quelques heures avant l’opération.

Éclaircissez lorsque le sol s’est bien ressuyé, de préférence le soir ou par temps couvert, jamais en plein soleil.

Arrosez ensuite copieusement pour raffermir la terre autour des racines.

N’hésitez pas à vous rendre sur Jardinet.fr afin de retrouver tout l’équipement nécessaire pour vos semis et bouturages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *