Comment entretenir le sol de votre jardin biologique ?

Les préoccupations environnementales des citoyens les conduisent à vouloir jardiner de façon éco-responsable en pratiquant le jardinage bio. Mais alors Comment entretenir le sol de votre jardin biologique ?

Comment entretenir le sol de votre jardin biologique : Un sol vivant

En jardinage biologique, l’objectif n’est pas d’apporter de l’engrais à chaque culture pour la nourrir directement mais d’amener le sol au meilleur état possible de fertilité pour qu’il puisse alors nourrir les végétaux.

Une telle approche demande du temps. Des auxiliaires précieux aident le jardinier dans cette tâche comme les vers de terre, les bactéries et les champignons.

Il faut donc nourrir la flore et la faune active du sol et stimuler leur activité afin de pouvoir disposer d’une terre propice à faire pousser les légumes. D’où le rôle primordial joué par le compost pour enrichir le sol.

C’est l’une des bases du jardin biologique.

En culture biologique, on pratique rarement le bêchage traditionnel pour retourner le sol en profondeur pour enfouir rapidement la végétation en place.

Généralement on pratique un bêchage sans retournement qui respecte mieux la vie et les couches naturelles du sol. Il apporte de l’oxygène aux organismes du sol et facilite la pénétration des racines tout en demandant moins de fatigue.

Comment entretenir le sol de votre jardin biologique : Le travail du sol

Ce travail doit se faire lorsque la terre n’est pas trop humide. Le bêchage est la première étape qui permet d’ameublir le sol en profondeur et d’enfouir les engrais, le compost et les amendements.

Fatiguant et perturbant sur le plan biologique, le bêchage traditionnel cède la place au bêchage sans retournement. Celui-ci respecte mieux la vie du sol et demande moins de travail. Il se fait avec une simple fourche ou un outil spécifique.

Après, il est bon de laisser agir les facteurs climatiques. Sur les sols lourds et argileux, on peut les laisser nus pour que l’alternance de la pluie et du gel améliore la structure.

Au printemps et en été, l’alternance de la pluie et de la sécheresse aura aussi un effet positif.

En revanche, les autres sols de type sableux ou limoneux ne doivent pas rester trop longtemps sans couvert, surtout l’hiver. Une culture de type engrais vert ou un couvert végétal (compost, paillis…) sont les bienvenus.

Après le bêchage, un émiettage permet de casser les grandes mottes. Il permet de niveler le terrain et d’éliminer les cailloux. Le croc à fumier convient très bien pour cette opération.

Un ratissage est suffisant pour préparer le lit de semences, juste avant le semis.

Le binage permet d’améliorer les sols mal aérés. Cette action doit être faite régulièrement surtout lorsque l’eau ruisselle sur le sol. Il permet d’éliminer les mauvaises herbes. Il évite aussi les pertes d’eau par capillarité tout en assurant l’aération de la couche superficielle, ce qui va stimuler les micro-organismes.

La couverture du sol, avec du mulch, protège la terre de la pluie et de l’action desséchante du vent et du soleil.

Elle limite aussi le développement des mauvaises herbes tout en assurant l’alimentation des micro-organismes du sol.

Les légumes ou les fruits sont aussi isolés du sol. Il sont donc plus propres.

Il existe un très grand nombre de matériaux utilisables : compost, tontes de gazon, écorces de pin, plastique noir perforé, paillettes de lin, carton, papier…

Vous savez désormais comment entretenir le sol de votre jardin biologique ! N’oubliez pas de vous équiper sur notre boutique afin de pouvoir bêcher et biner efficacement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *