Tout savoir sur la carotte

Issue, grâce à une longue sélection de la carotte sauvage très commune en France, cette espèce est un des légumes de base du potager familial. Les progrès réalisés dans la création de nouvelles variétés améliorent à la fois la qualité et le rendement. Vous souhaitez tout savoir sur la carotte ?

Tout savoir sur la carotte : Graines

Type de graines : Petites, brun verdâtre ou grises, d’une odeur aromatique prononcée, elles sont convexes d’un côté et aplaties de l’autre. Fraîches, elles sont garnies sur deux côtés d’aiguillons recourbés ou “barbes” dont on les débarrasse pour la commercialisation (“persillage”).

Nombre de graines au gramme : Environ 900 graines.

Temps de levée : Levée en 10 à 15 jours en pleine terre, selon température.

Rendement : Un gramme de graines permet d’obtenir environ 350 à 400 racines pour un semis “sur rang large” correctement exécuté. Le rendement au m² est de 1 à 1,5 kg/m² pour les variétés précoces cultivées sous abri, 3 kg/m² pour les variétés demi-longues d’été et 4,5 à 5 kg/m² pour les longues d’hiver.

Tout savoir sur la carotte : Particularités de la végétation

La végétation de la carotte présente trois stades bien différenciés durant lesquels la plante manifeste des besoins spécifiques :

  1. Durant le mois qui suit la germination de la graine, la jeune carotte développe une radicelle dont la longueur est d’emblée égale à celle de la future racine. Ses exigences les plus importantes concernent son alimentation en eau (arrosages réguliers).
  2. Au cours du 2eme mois de végétation, la carotte développe son feuillage dont l’importance est primordiale pour son alimentation et manifeste surtout des besoins en azote.
  3. Durant le reste de sa croissance, la plante développe principalement sa racine, elle absorbe surtout de la potasse afin de “fabriquer” les réserves stockées dans cette dernière.

Tout savoir sur la carotte : Sol – Fumure

Bien qu’elle pousse en tous terrains, la carotte ne donne des produits parfaits qu’en sol léger, sableux ou silico argileux, bien pourvu en eau, sans excès, et profondément ameubli.

La présence de pierres, herbe ou fumier non décomposé, mottes de terre non brisées, etc provoque le “fourchage” des racines qui développent plusieurs pointes. Les sols lourds et les grands écarts de température ou d’humidité en cours de végétation sont également responsables de malformations diverses des carottes. Préparez de préférence le terrain à l’automne avec un bêchage profond (25 cm au moins pour les variétés longues).

Enfouissez simultanément 2 à 3 kg/m² de fumier ou compost très décomposé.

Deux semaines avant le semis, ameublissez soigneusement la surface du sol à la griffe et au râteau en incorporant 100 g/m² d’engrais de fond.

Tout savoir sur la carotte : Semis

Des semis successifs, effectués sous abri, puis en plein air, permettent d’échelonner les récoltes pour assurer un approvisionnement étalé sur toute l’année. Dans tous les cas, pratiquez le “semis dispersé sur rang large” directement en place.

  • Semez le plus clair possible, en sillons à fond plat de 10 cm de largeur, profonds de 2 cm et distants les uns des autres de 25 cm.
  • Recouvrez les graines, tassez le sol et arrosez.

Après la levée, lorsque les plantules atteignent 3 à 4 cm de hauteur, éclaircissez le semis en plusieurs fois de manière à laisser finalement 3 à 5 cm entre celles des variétés à faible développement et 5 à 8 entre les plus fortes. Pour obtenir de petites carottes à congeler ou à conserver en bocaux, cultivez par contre beaucoup plus serré en laissant seulement 2 cm au maximum entre les plantes.

Voici les différentes cultures à pratiquer pour assurer votre approvisionnement. Prenez le soin d’utiliser pour chacune des variétés correspondant aux conditions de végétation saisonnières et au but recherché.

Tout savoir sur la carotte : Culture

Durée de la culture : 75 jours environ pour les variétés précoces cultivées sous abri, 3 à 4 mois pour les variétés demi-longues d’été, 5 à 6 mois pour les longues d’hiver, selon la date d’arrachage.

Pour récolter à partir d’avril : La culture forcée

Cette culture “forcée”, c’est-à-dire avec chaleur d’appoint, est de moins en moins pratiquée par les jardiniers amateurs du fait de l’équipement et de la surveillance assidue qu’elle implique.

Si elle est à votre portée, semez en janvier-février sous châssis chauffé à 15/18°C.

Vous pouvez ajouter à ce semis, entre les “rangs larges” de carottes, quelques graines de radis et planter par châssis 6 à 8 laitues Gotte.

Ces cultures associées sont récoltées avant d’avoir pu gêner les carottes qui sont bonnes à arracher au bout de 2 mois et demi.

Pour récolter à partir de mai : La culture hâtée d’automne

Cette culture convient surtout aux régions à climat doux (zones maritimes, Sud-Ouest). Elle est davantage à portée d’un amateur puisqu’elle se pratique “à froid” (sans chaleur d’appoint).

Semez en fin octobre-novembre sous châssis, tunnel plastique, cloches continues, etc… Éclaircissez en temps voulu. Protégez, temporairement au besoin, des grands froids par une couverture de paillasson, feuilles sèches, voile d’hivernage

Aérez pas temps doux et découvrez dès que les fanes des carottes touchent le châssis ou la paroi des cloches.

Pour récolter en juin-juillet : La culture hâtée de printemps

Cette culture, praticable en toutes régions, gagne à être exécutée dans la partie la mieux exposée et la plus chaude du jardin.

En février, semez comme ci-dessus, sous abri “à froid” : châssis, tunnel plastique, cloches continues…

A partir de mars, vous pouvez faire de même ou utilisez un voile plastique ou encore semer directement en plein air, sur côtière ou ados.

Pour récolter de juillet à fin septembre : La culture de pleine saison

C’est la production estivale classique, la plus pratiquée. Semez en pleine terre du 15 mars à la fin d’avril. Évitez de semer en mai, époque trop tardive pour la production d’été, trop précoce pour celle d’hiver et exposée aux attaques de la mouche de la carotte.

Pour récolter en automne et conserver en hiver

La culture est la même que pour la production estivale mais elle réclame des variétés adaptées à la conservation et semées à des dates en rapport avec leurs “tempéraments” respectifs.

Tout savoir sur la carotte : Fertilisation

Après le dernier éclaircissage, épandez 25 à 30 g/m² d’engrais coup de fouet, puis arrosez copieusement afin de stimuler la végétation et le développement du feuillage.

Tout savoir sur la carotte : Récolte

D’avril à novembre selon le mode de culture.

Pour les variétés à récolter en automne : les carottes craignent le gel au-dessous de -4 à – 5°C, mais vous pouvez retarder quelque peu l’arrachage en recouvrant la partie supérieure des racines de quelques centimètres de terre prélevée dans les interlignes.

En climat doux et sol perméable, il est possible d’éviter l’arrachage en conservant les carottes en place : coupez les fanes près des racines et évacuez-les, couvrez de 10 cm de feuilles mortes, elles-mêmes recouvertes d’un peu de tourbe pour les maintenir en place. Arrachées au fur et à mesure des besoins, les racines ainsi abritées se gardent fraîches jusqu’au printemps, mais veillez à combattre les mulots qui en sont friands.

Si l’arrachage s’impose, exécutez-le par temps sec. Coupez les fanes au ras de leur point d’insertion sur les racines et laissez ces dernières sécher trois ou quatre jours sur le terrain.

Conservez vos carottes en silo ou en les stockant en cave, cellier, etc… en stratification dans du sable, de la terre sèche ou de la tourbe.

Tout savoir sur la carotte : Parasites et maladies des carottes

A partir d’avril apparaît la “mouche de la carotte”, redoutable parasite qui pond au pied des plantes et dont les larves ronges les racines.

Actions préventives

  • Pratiquer la rotation des cultures.
  • Planter poireaux, ail, oignon, échalote ou ciboulette à proximité des rangs de carotte.
  • Effectuer des semis précoces (mars-avril) ou tardifs (juillet) et recouvrir légèrement de marc de café.
  • Planter les carottes dans un endroit exposé au vent.

Traitements naturels

  • Éliminer les racines contaminées et les détruire.
  • Arroser plants et sol avec des infusions de plantes à odeur forte : tanaisie, d’absinthe, ail ou oignon.
  • Entre les rangs, placer aneth, fougère ou lavande.

Tout savoir sur la carotte : Variétés

Pour la culture hâtée d’automne

Carotte Primo hybride F1 : Variété de type Carentan. Les racines sont cylindriques, lisses, sans collet vert. Très bonne coloration externe et interne.

Carotte Nanco hybride F1 : Donne des racines cylindriques, régulières, sans collet vert et d’une belle couleur foncée même au cour. Toujours tendres, elles se conservent très bien.

Pour la culture hâtée de printemps

Carotte Nanco hybride F1 : Donne des racines cylindriques, régulières, sans collet vert et d’une belle couleur foncée même au cour. Toujours tendres, elles se conservent très bien.

Carottes Nandor hybride F1 : Un peu plus tardif que Bruror, cet autre hybride F1 peut être semé à partir du début de mars pour commencement de récolte en juillet.

Carotte Valor hybride F1 : Racine demi-longue, lisse, cylindrique, de très bonne qualité gustative. Pour les semis sous abri.

Pour récolter de juillet à fin septembre : La culture de pleine saison

Carotte Nantaise améliorée : Racine demi-longue, bien cylindrique sur toute sa longueur, à bout obtus.

Carottes Nandor hybride F1 : Variété de type “Nantaise”, exceptionnelle par l’ensemble de ses qualités et sa large adaptation aux différentes culture saisonnières. Racine cylindrique obtuse, rouge intense à l’extérieur comme à l’intérieur, absolument sans cœur. Sa vigueur hybride lui permet de surmonter, au besoin, des conditions de culture difficiles ou une météorologie défavorable et lui assure un rendement élevé. Supplante toutes les autres variétés du même type. C’est aussi la meilleure carotte pour la surgélation.

Carotte Boléro hybride F1 : Très intéressante car elle tolère les attaques d’alterniariose (qui provoque mauvaise levée et dessèchement du feuillage). Bonne conservation, racine de forme cylindrique et bien boutée.

Pour récolter en automne et conserver en hiver

  1. Si vous désirez obtenir des carottes présentant le maximum de qualités culinaires, adoptez de préférence une variété demi-longue. Nandor et Boltex, sont d’excellence conservation et gardent leurs mérites respectifs pour cette culture tardive.
    Le cycle végétatif de ces variétés étant d’environ 4 mois, semez-les du 15 juin à début juillet pour les récolter durant la seconde quinzaine d’octobre.
    De cette façon, les racines ne seront pas affectées par des phénomènes de surmaturation qui provoquent le durcissement de leur cœur et causent souvent leur éclatement.
  2. Si vous désirez surtout obtenir un rendement élevé, vous pouvez préférer une variété de carotte longue dont la productivité est nettement plus élevée du fait de la grande taille des racines. Pour être propice au développement de ces dernières, il faut toutefois que votre terrain soit léger, profondément ameubli et exempt de pierres.

Carotte Scarla : Longue racine conique, très rouge d’épiderme et de chair. Rendement important et conservation excellente. Elle est de développement lent : semez-la durant la seconde quinzaine d’avril pour récolter en novembre.

Carotte de Colmar à coeur rouge : C’est la plus volumineuse des carottes potagères. Racine cylindro-conique ; très productive.

Carotte Senior hybride F1 : De type Colmar, chair très rouge sans collet vert, résistante au froid, elle peut se conserver dans le sol. Régularité de production, même en conditions climatiques défavorables. Semis : mars à mai. Récolte : novembre.

Carotte Nanco hybride F1 : Donne des racines cylindriques, régulières, sans collet vert et d’une belle couleur foncée même au cœur. Toujours tendres, elles se conservent très bien. Leur cycle végétatif long s’étalant sur 5 à 6 mois, ces variétés ne craignent pas les effets nuisibles de la surmaturation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *