Jardiner en montagne

Un jardin montagnard est particulier, que vous viviez dans les Alpes, le Jura, les Vosges, le Massif Central ou les Pyrénées. Entre contraintes climatiques et particularités du relief et de la qualité du sol, jardinier devient rapidement plus complexe. Armés d’une bonne connaissance et de quelques travaux d’aménagement, jardiner en montagne ne devrait plus être un obstacle.

Jardiner en montagne : s’adapter au climat

Le climat montagnard commence à partir d’une altitude de 600 à 800 mètres. Les jardins, à partir de ces hauteurs, sont soumis à des contraintes climatiques qui peuvent compliquer la vie du jardinier :

  • hivers plus vigoureux qu’en plaines avec du gel précoce
  • importantes chutes de neige
  • gelées tardives printanières, surtout sur le versant nord d’une montagne contrastes météorologiques brusques au cours de la même saison
  • écarts de température plus importants entre le jour et la nuit
  • vents froids et brouillards humides

solutions

Afin de remédier à ces facteurs naturels, il y a quelques gestes et habitudes à prendre :

  • Protégez les plantes les plus fragiles par des haies
  • Assurez-vous que votre sol est suffisamment drainant
  • Veillez à garder les pieds des plantes au chaud à l’aide d’un paillis de pierres par exemple
  • Optez pour des variétés hâtives au potager
  • Utilisez des châssis et mini-serres
  • Procurez-vous des voiles de forçage et d’hivernage

Jardiner en montagne : les contraintes du sol

Apprenez à composer avec le relief, en effet, la pente est omniprésente. Les sols sont souvent peu profonds, pauvres et à tendance acide, vérifiez tout de même le PH, votre sol pourrait être alcalin. Attention aux apports excessifs d’engrais qui rendraient vos plantes plus vulnérables au froid. Il suffit d’ajouter de temps à autre un peu de compost.

  • Sol acide : lupins, campanules, renouées
  • Sol calcaire : asters, renoncules, hélianthèmes, myosotis

Jardiner en montagne : conserver la pente

Il est évidemment possible de jardiner en conservant la pente naturelle et planter telle quelle. Dans le jardin d’agrément, choisissez des plantes adaptées à un sol peu profond et pauvre, tout en gardant à l’esprit le ruissellement qui suit les épisodes pluvieux.

  • Aménagez votre pente comme un talus
  • Enrichissez la terre de compost ou de fumier
  • Paillez à l’aide d’une toile biodégradable afin de limiter les désherbages qui sont souvent difficiles en pente
  • Plantez des vivaces couvre-sols
  • Selon vos goûts, aménagez ou pas une partie de la pente en rocaille avec les végétaux adaptés

Jardiner en montagne : les terrasses

Une terrasse est une retenue plane de terre. Cet aménagement est surtout utilisé afin de pouvoir composer des potagers. La terre est maintenue à l’aide de murets de soutènement, de planches de coffrages et bien d’autres. Il vaut mieux installer plusieurs paliers de taille réduite plutôt qu’une grande terrasse pour plus de solidité et de facilité.

Optez au potager pour les variétés les plus rustiques en général comme les carottes, pomme de terre, navets, poireaux, radis, betteraves, oignons, laitues, … . Les fruits et légumes nécessitant plus de chaleur comme les tomates ou les courgettes ne sont à tenter que si vous vivez sur le flanc ensoleillé.

Jardiner en montagne : végétaux adaptés

Privilégiez des végétaux à la pousse favorable sous climat montagnard

  • arbres : bouleau, frêne, érable, noisetier et tous les conifères
  • arbustes : amélanchier, berbéris, cognassier du Japon, groseillier à fleurs, lilas, sorbier
  • vivaces couvre-sol : millepertuis rampant, erigéron, géranium vivace, pervenche
  • vivaces pour rocaille : arnica, aster des Alpes, aubriète, campanule des murailles, gentiane, œillet miniature Alpina
  • bulbes : crocus, jonquille, narcisse, tulipe, lys, glaïeul, dahlia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *