Élaguer un arbre

Élaguer et tailler ne sont pas la même chose. Apprenez à faire la différence et à mesurer vos capacités avant de vous lancer dans une telle entreprise. L’élagage se rapporte à de grands arbres ou arbres destinés à le devenir. Élaguer un arbre dans un jardin privé sert à prévenir tout risque de chutes de bois mort sur vos fondations ou sur vos proches. Malheureusement, il arrive souvent que l’on mesure le possible danger une fois que l’arbre est déjà élevé dans sa majesté. Pour les grandes tailles, faites appel à un professionnel.

Élaguer un arbre : pourquoi ?

Soignez votre jardin en éliminant le bois mort, les ramures excessives ou les branches basses qui empêcheraient le soleil d’atteindre vos autres cultures. Ces opérations sont à effectuer régulièrement afin de ne pas accumuler une masse de travail trop importante.

Il ne faudra intervenir sur vos grands arbres qu’en cas de risques, lorsque les chutes de branches peuvent provoquer des dégâts.

Élaguer un arbre : avantages taille en sec

Nous vous conseillons d’attendre l’hiver pour élaguer. La saison offre plusieurs avantages lors de l’entreprise d’une telle tâche :

  • La période de repos végétative permet à l’arbre de conserver ses réserves naturelles
  • Les arbres à feuillages caducs sont dénudés, vous apprécierez les tailles à effectuer, moins contraignantes
  • L’écorce se fend moins que lors d’une taille en vert

Élaguer un arbre : inconvénients en hiver

Élaguer en hiver peut également présenter quelques inconvénients en raison des périodes de gel. Outre le manque de sécurité pour le grimpeur, voici une liste de nos appréhensions :

  • L’arbre ne peut pas cicatriser et ses plaies resteront ouvertes jusqu’au printemps. Sources d’infestation par les maladies, surveillez votre arbre de près
  • La réaction de l’arbre est plus rapide par ses réserves stockées. Ainsi, gourmands et rejets pousseront plus au niveau de la coupe. Vous devrez sûrement prévoir un second passage.

Élaguer un arbre : avantages taille en vert

Lorsque l’arbre est en période de croissance, sa cicatrisation est plus rapide et le danger qu’il encourt après un élagage est moindre :

  • L’arbre démarre sa cicatrisation plus rapidement et est capable de se défendre des attaques extérieures par les maladies et parasites
  • Vous ne devrez pas passer une seconde fois en raison des gourmands qui n’apparaîtront pas après la coupe
  • Ne coupez que les pousses récentes en été et maintenez une taille légère
  • Vous repérerez facilement le bois mort

Élaguer un arbre : fréquence

La fréquence d’élagage dépend de la croissance de votre arbre et de son espèce, retenez ces fréquences moyennes tout en tenant compte des particularités de votre arbre

  • Tous les deux ans jusqu’à l’âge de dix ans
  • De dix à vingt tans, tous les quatre à cinq ans
  • Et enfin, au-delà de vingt années d’ancienneté, élaguez tous les dix ans

Élaguer un arbre : une branche

Élaguer un arbre peut aussi bien signifier ne tailler qu’une branche. Scier une branche sans emporter de l’écorce nécessite d’utiliser la technique de la double entaille. Ainsi, votre scie ne se logera pas sous le poids de la branche. Attention, ne grimpez pas dans l’arbre, utiliser une échelle et veillez à ce quelqu’un la tienne pour vous ou soit dans les environs en cas de problème.

  • Munissez-vous d’une scie à élaguer et faites une entaille d’environ 20 centimètres sous la branche du tronc.
  • Ensuite, sciez au-dessus, à quelques centimètres de la première scarification tout en vous éloignant du tronc.
  • La branche devrait se casser ne laissant derrière qu’un chicot.
  • Retirez proprement ce chicot en inclinant votre taille

Attention, prenez des précautions avant de couper de grosses branches. Attachez-les avant de les sectionner afin de pouvoir en maîtriser la chute.

Élaguer un arbre : l’arbre

Suivez nos conseils afin d’élaguer vos arbres sans les menacer :

  • Commencez par les branches cassées et/ou mortes
  • Retirez les branches mal formées à la mauvaise orientation
  • Supprimez les drageons (qui poussent depuis une racine) et les gourmands en taillant près du tronc
  • Coupez les branches proliférantes et celles qui s’entrecroisent
  • Réduisez la taille de la couronne au fil des années pour une meilleure aération
  • N’altérez pas avec la forme naturelle de l’arbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *