Comment jardiner pour les oiseaux ?

Les oiseaux sont les hôtes les plus familiers de nos jardins. Le rouge-gorge accompagne tout au long de l’année le jardinier, en locataire discret de la remise, en pique-assiette des labours ou en visiteur assidu de la mangeoire en hiver. Mais bien d’autres espèces nous sont proches, embellissant notre quotidien de vols colorés et de chants mélodieux. Quelques règles simples permettent à l’amoureux des oiseaux de favoriser leur implantation au jardin et de leur porter assistance tout en respectant les processus naturels. Ainsi choyées, ces charmantes boules de plumes se laisseront observer pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Alors comment jardiner pour les oiseaux ?

Comment jardiner pour les oiseaux : Planter pour les oiseaux

Pour s’y percher, s’y réfugier, y bâtir leur nid ou y trouver leur nourriture, de nombreux oiseaux ont besoin d’arbres et d’arbustes. Les chênes, les peupliers, les frênes, les saules au grand développement, abritent chacun plusieurs centaines d’espèces d’insectes, proies des oiseaux et sont précieux dans les grands jardin où ils peuvent prendre leurs aises.

Des arbres au port plus modéré et  l’abondante production de baies ou de fruits, comme les sorbiers, les alisiers, les sureaux, les prunelliers, les aubépines, les lauriers, etc… sont aussi très appréciés.

Les arbustes, qu’ils soient décoratifs par leurs fleurs ou utiles par leurs fruits, fournissent de même une provende bienvenue.

Les espèces épineuses, comme la ronce, le prunellier ou l’aubépine, forment des massifs utiles aux oiseaux pour s’y réfugier et mettre à l’abri leurs nids des prédateurs, notamment des chats.

Arbres et arbustes peuvent être plantés isolés, ou mieux en bosquets, massifs ou en haie. La haie, clôture végétale esthétique est un milieu de vie très riche pour une faune sauvage variée : oiseaux bien entendu, mais aussi insectes, petits mammifères, etc.

L’entretien des arbres, arbustes, haies et massifs doit se faire de préférence à l’automne ou en hiver, en dehors de la période de reproduction. Il est recommandé de ne pas tailler sévèrement une haie sur toute sa longueur la même année, mais d’étaler l’entretien sur plusieurs années.

L’élagage, lorsqu’il est nécessaire, doit se faire en respectant autant que possible les fourches favorables à l’établissement des nids, ou mieux être l’occasion d’en crée de nouvelles.

Comment jardiner pour les oiseaux : Cultiver pour les oiseaux

La clé, pour qu’un jardin soit beau et accueillant pour de nombreuses espèces sauvages, est la diversité.

Cela signifie planter autant d’espèces différentes de végétaux et créer autant de milieux que possible.

Pelouse, tas de compost, parterres de fleurs, mur de pierre, verger, mare ou potager, chacun de ces endroits sera le refuge d’insectes particuliers, d’un oiseau ou d’un animal qui pourra alors à loisir s’y nourrir, s’y abriter ou y élever ses jeunes.

Au potager, il est préférable d’adopter des méthodes de culture naturelles : traitements parcimonieux et avec des produits non ou peu toxiques, variétés rustiques et naturellement résistantes, recyclage de la matière organique…

Sous le calme apparent de la surface d’un tas de compost se déroule une vie extraordinaire : de minuscules animaux, champignons et bactéries se nourrissent de la matière végétale et en accélèrent le processus de décomposition. L’hiver, il fournit un endroit privilégié à l’abri du gel où les oiseaux pourront trouver insectes et graines.

Au jardin de fleurs, toutes les espèces rustiques, bien adaptées au climat, à fleurs simples, aux ressources en nectar et pollen accessibles aux insectes, donneront de grandes satisfactions en attirant de nombreuses espèces, comme les papillons.

En choisissant la composition des parterres de façon à étaler les floraisons du premier printemps à la fin de l’automne, toute la vie sauvage en profitera.

Les herbes folles, que l’on qualifie souvent de “mauvaises”, devraient être tolérées, et même favorisées, en dehors des cultures : chaque jardin possède un endroit reculé, moins fertile, le long d’une haie ou derrière un bâtiment, qui peut leur être réservé.

En effet, nombreuses sont celles à la fois belles et utiles pour les papillons et tant d’autres insectes, et qui fournissent graines ou fruits aux oiseaux.

L’Ortie, par exemple, est nécessaire à beaucoup de papillons pour y déposer leurs œufs, et leurs chenilles sont appréciées des oiseaux insectivores.

De même, le Lierre est une véritable oasis pour les oiseaux : beaucoup y nichent, s’abritent en hiver dans son feuillage persistant, viennent y chasser les insectes ou gober ses fruits, les seuls à mûrir au cours de l’hiver.

Vous savez désormais comment jardiner pour les oiseaux ! Rendez-vous sur notre boutique pour vous équipe en conséquence.

Une pensée sur “Comment jardiner pour les oiseaux ?”

  1. c’est vrai que tout cela est bien utile a nos petits oiseaux ,et j’essaie d’y contribuer du mieux que je peux , derrière chez moi au bout de mon jardin avec composte ,j’ai une plate bande de 8m sur 16 que je laisse en friche complètement pour les oiseaux et insecte.
    merci pour cette page .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *