Créer mon compte

Adresse de facturation

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par LA SARL DE BUSSY pour la gestion des achats, la gestion de notre clientèle. Elles sont conservées pendant 3 ans et sont destinées au service marketing et au service commercial de la société De Bussy Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jardinet.fr

Compte créé avec succès !

Accéder à mon compte

Phéromone Funebrana Pro Caps contre le carpocapse des prunes
Sans marque -
EAN.3701131100177 -
REF. PFBCA016

Phéromone Funebrana Pro Caps contre le carpocapse des prunes

Piège à phéromone contre le carpocapse Grapholita Funebrana lutte biologique efficace pour lutter contre les carpocapses des prunes. Attraction à distance des papillons mâles grâce à la capsule de phéromone.

8.8 €
TTC
l'unité

Stock disponible

Stock restant : 14

Garantie : aucune

Commandez aujourd'hui livré dès le 06/03/2024

14 en stock

Diffuseur de phéromones pour détection monitoring et capture du mâle de la carpocapse des prunes, procédé breveté de micro encapsulation à longue durée et un stockage facilité à température ambiante, 100 % biodégradable.

Caractéristiques

  • Vendu en seringue, à l’unité de 3mg
  • Procédé breveté unique de micro encapsulation de la phéromone
  • 100 % vert et biodégradable
  • Mode d’application innovant
  • Diffusion régulière et rallongée pour une meilleure efficacité
  • Stockage simplifié à température ambiante
  • Longue durée de conservation : 2 ans et demi
  • La seringue Funebrana Pro caps est à utiliser avec le piège Delta Trap + coupelle + plaque engluée,vendu sur le site jardinet.fr
  • Origine France
  • Type de produit : Diffuseur de phéromones sexuelle
  • Usage : Détection/monitoring
  • Substance active : Z8-12Ac
  • Dose minimum de substance active : 3 mg (0,66%)
  • Durée indicative de diffusion : 2 mois*
  • Stade de l’insecte ciblé : Adulte (papillon)
  • Rayon de diffusion estimé : Papillons attirés sur un rayon de 5 à 10 m

*Pour une température moyenne de 30°C et en l’absence de vents forts

Vos fruits sont véreux, ne se développent plus et tombent prématurément ? Il s’agit des petites chenilles du carpocapse des prunes, aussi appelé ver de prunes.

Plantes concernées

Ce ravageur s’attaque à plusieurs espèces du genre Prunus, en particulier au prunier et prunellier, et plus rarement à l’abricotier et au pêcher. Les pertes sont souvent plus importantes pour les variétés semi-tardives et tardives.

Mode d’emploi

  • Vider le contenu de la seringue dans la coupelle
  • Placer la coupelle sur la plaque engluée
  • Insérer la plaque dans le piège avant de le fermer
  • Durée de diffusion 2 mois, pour papillons adultes attirés dans un rayon de 5 à 10 m
  • Période de détection de mi avril à août, suspendu dans la zone de culture
  • Densité recommandée pour détection : 2 à 5 pièges/ ha

Plantes hôtes

Ce ravageur s’attaque à plusieurs espèces :

  • Genre Prunus, en particulier au prunier et prunellier
  • Abricotier
  • Pêcher

Biologie du Carpocapse (Grapholita funebrana)

Ce petit lépidoptère (10 à 18mm d’envergure) nocturne a des ailes antérieures gris-brun avec des tâches sombres et des ailes postérieures uniformément grises. Les dégâts sont causés par ses larves roses qui se nourrissent des fruits en creusant des galeries.

Les fruits prennent alors une coloration brune et ne se développent plus, le jus coule et ils finissent par tomber prématurément. La première génération de chenilles se chrysalide à la fin du mois de mars et émerge fin avril à début juin. Le maximum des vols a lieu 15 jours après la floraison des arbres. Lorsque la température dépasse les 15°C, les femelles vont alors se reproduire avec les mâles et pondre des œufs sur les fruits pendant environ 1 mois. Les larves apparaissent sous 9 à 15 jours et vont se nourrir du fruit durant 20 à 25 jours. Puis elles sortent du fruit et se chrysalides pendant 10 à 15 jours.

La 2ème génération vole de fin juin à fin juillet et pond sur des fruits mûrs. Les chenilles de cette 2nde génération causent les dommages les plus importants, et vont hiverner à la surface du sol ou dans l’écorce. Grapholita funebrana réalise ainsi 2 générations par an.

Stratégie de détection : le monitoring par phéromones
Les phéromones sont des substances secrétées par un insecte et qui, reçues par un individu de son espèce provoquent une ou plusieurs
réactions spécifiques. Le monitoring par phéromones attire et piège les mâles et femelles afin de détecter l’arrivée éventuelle d’un
insecte représentant une menace pour la culture. Cela permet de pouvoir déclencher à temps une intervention curative si besoin ou de
mesurer l’efficacité d’un traitement en vérifiant la présence ou non du ravageur sur la parcelle, ou de suivre le niveau d’infestation.

PHÉROMONES ET KAIROMONES

Les pièges et les diffuseurs de phéromones / kairomones constituent une solution efficace de lutte biologique respectueuse de la flore, des sols et sans impact sur les insectes pollinisateurs. Ces médiateurs chimiques font donc partie des produits de biocontrôle utiles à des cultures variées.
On peut les utiliser pour deux actions distinctes :
– Détection et monitoring d’une population de ravageurs. Exemple : piégeage du ravageur et estimation de sa population afin de déclencher un curatif au bon moment.
– Lutte contre le ravageur afin de freiner / réduire progressivement sa prolifération. Exemple : lutte par confusion sexuelle ou piégeage de masse.

DIFFÉRENCE ENTRE LES KAIROMONES ET LES PHÉROMONES

Les kairomones :
Une kairomone est une substance chimique volatile ou mobile, produite dans l’air, l’eau ou le sol par un être vivant (plante ou animal). Une fois libérée dans l’environnement, elle déclenche une réponse comportementale chez une autre espèce (communication interspécifique), procurant un bénéfice à cette dernière.

Les phéromones :
Les phéromones sont des substances secrétées par un être vivant (plante ou animal) et qui reçues par un individu de sa propre espèce (communication intraspécifique) provoquent une ou plusieurs réactions spécifiques.
Ce sont des substances non nocives qui permettent de détecter ou de lutter contre les insectes ravageurs tout en répondant à l’exigence écologique de respect de l’environnement et d’arrêt programmé des pesticides. L’insecte dispose de capteurs olfactifs sur ses antennes. Il transforme le signal chimique en signal nerveux. Les kairomones et les phéromones influent donc sur son comportement.
En reconstituant la phéromone par bio-mimétisme, on peut donc piéger ou perturber l’insecte et ainsi réduire progressivement les populations et donc les dégâts occasionnés. Les phéromones, non nocives, permettent ainsi notamment de lutter contre les insectes ravageurs en les attirant, les perturbant ou les repoussant.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE PHÉROMONES

Il existe plusieurs types de phéromones : sexuelle, d’agrégation, d’alimentation, d’alarme…
Les deux plus connues sont :

Les phéromones sexuelles
Les phéromones sexuelles sont généralement émises par les femelles pour indiquer leur disposition à être fécondées. Les mâles perçoivent les phéromones sexuelles et vont se rapprocher petit à petit de la femelle avant de l’atteindre et d’initier la reproduction. En reproduisant les phéromones sexuelles émises par la femelle et en disposant une multitude de diffuseurs, la parcelle est saturée de phéromones. Désorienté, le mâle ne trouve pas la femelle et la reproduction est ainsi empêchée.

Les phéromones d’alimentation
Ces phéromones sont émises soit par les mâles soit par les femelles pour attirer leurs congénères (mâles ou femelles) à un endroit donné comme par exemple pour indiquer l’emplacement d’une source d’alimentation importante.

LE CONDITIONNEMENT DES PHÉROMONES
Les phéromones sont conditionnées sous différentes formes adaptées en fonction de leur formulation : bouteille, seringue ou sachet.

BIEN RECONNAITRE LE BON RAVAGEUR
Pour choisir la phéromone la mieux adaptée, il faut arriver à déterminer exactement quel ravageur attaque vos plantes. Il peut parfois être difficile de reconnaitre le ravageur qui détruit vos cultures, pour cela, il faut recueillir un maximum d’information sur lui et cela peut prendre plusieurs jours avant de l’identifier. Il faut donc bien observer, reconnaître les dégâts puis procéder à l’identification.

Mieux identifier pour mieux intervenir

  • L’observation peut se faire à tout moment de la journée :
  • Le matin : on reconnait le flétrissement partiel ou total des plantes ou feuilles grignotées et racines rongées.
  • Le soir : peut-être aussi utile dans les cas des ravageurs nocturnes.

Certains ravageurs rongent la plante de l’intérieur et rien n’est visible au dehors.
Regardez le dessous des feuilles, le ravageur y sera peut-être caché ou peut-être au pied de la plante.
Attention : rappelez-vous que celui qui rôde n’est pas forcément l’auteur des dégâts !

Mieux vaut prendre un peu de temps pour effectuer le bon diagnostic, plutôt que de traiter à tort et à travers les cultures sans guérir !

Pour lutter contre les insectes ravageurs qui mettent en péril vos cultures, retrouvez tous les Pièges et les phéromones dans notre site jardinet.fr.

Télécharger la fiche technique

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.