Tout savoir sur l’abricotier

L’abricotier aime la chaleur et préfère les climats méridionaux à printemps sec. Dans les autres régions, sa floraison, très précoce, est souvent handicapée par les gelées tardives : réservez-lui une exposition ensoleillée (Sud ou Sud-Ouest) et abritée ou cultivez-le en espalier. Vous souhaitez tout savoir sur l’abricotier ?

Prospère en toutes terres saines, même calcaires, mais redoute les sols humides ou argileux et compacts.

Tout savoir sur l’abricotier : Porte-greffes usuels

Abricotier franc : Pour le Midi, en sol sec et perméable. Mise à fruits lente mais grande longévité. Distance de plantation : 6 à 8 m.

Prunier myrobolan : Le plus employé hors du Midi. S’adapte aux terrains frais mais redoute les sols très secs. Vigueur moindre et fructification plus précoce. Distance de plantation : 5 à 7 m.

Prunier Saint-Julien : Voisin du précédent. Supporte encore mieux l’humidité du sol, mais a tendance à drageonner. Vigueur plus faible ; pour petites formes. Distance de plantation : 5m.

L’Amandie : Parfois est employé en sol très calcaire.

Tout savoir sur l’abricotier : Formes conseillées

En plein vent : Gobelet, en demi-tige ou haute tige. Cette dernière expose moins l’arbre aux gelées blanches et elle est préférable hors du Midi.

En espalier : U double, l’arbre étant vigoureux. Effectuez la première taille de formation dès le printemps qui suit la mise en place.

Tout savoir sur l’abricotier : Taille fruitière

En formes libres, taillez le moins possible après l’obtention des 6 à 8 branches du gobelet afin d’éviter l’apparition de la gomme. Contentez-vous d’équilibrer la végétation en coupant, en novembre, l’extrémité des prolongements les plus vigoureux, ainsi que les branches poussant vers l’intérieur de la couronne.

En espalier, inspirez-vous de la taille du pêcher pour provoquer chaque année la naissance de rameaux de remplacement aussi près que possible des charpentières, car la base des coursonnes a tendance à se dénuder. L’exécution suivie des pincements et de la taille en vert, après fructification, permet d’y parvenir en simplifiant la taille d’hiver.

Tout savoir sur l’abricotier : Particularités

L’abricotier doit être cultivé sur sol nu (sans herbe au pied) mais il bénéficie beaucoup d’un paillage pendant l’été.

Il émet facilement de nouvelles pousses lorsqu’une branche importante doit être coupée, mais prenez alors toutes précautions pour favoriser la cicatrisation (égalisation et masticage des plaies), afin d’éviter la formation de gomme.

Tout savoir sur l’abricotier : Variétés

Bergeron (maturité fin juillet-août) – Fruit : Gros ou très gros, jaune clair tacheté et pointillé de rouge. Chair jaune orange, ferme, très parfumée. Noyau semi-libre. Arbre : Très vigoureux et régulièrement fertile, production importante. Tolère mal les sols trop secs ou argileux. Plein vent. Réussit bien au nord de la Loire.

Canino (maturité 1ère quinzaine de juillet) – Fruit : Gros fruit, jaune orangé, à chair juteuse, assez ferme et bien sucrée, mais moyennement parfumée. Arbre : Vigoureux et productif, de mise à fruit rapide. Assez sensible au Monilia. Large adaptation en zone Sud.

De Nancy (maturité fin juillet-août) – Fruit : Très gros, sphérique. Épiderme un peu épais, jaune pâle lavé et marbré de carmin. Chair jaune pâle, fine, un peu musquée. Très bon cru et en conserves. Arbre : Vigoureux mais tendance à une production alternante. Gagne à être planté près d’autres variétés. Résistant aux parasites. Réussit bien au nord de la Loire.

Hargrand (maturité 2ème quinzaine de juillet) – Fruit : Gros avec une coloration moyenne orangé, de bonne saveur. Fermeté moyenne. Arbre : Variété vigoureuse et productive Excellent pollinisateur. Eviter les arrosages excessifs pour les risques d’éclatement du fruit.

Luizet (maturité 2ème quinzaine de juillet) – Fruit : Très gros, ovoïde, aplati au sommet, jaune orangé, teinté de rouge vif à l’insolation. Chair ferme et parfumée moyennement juteuse. Arbre : Très vigoureux et rustique, à port largement étalé. Une des variétés les plus répandues en toutes régions de France. Plein vent ou espalier. Noyau libre.

Polonais (maturité 2ème quinzaine de juillet) – Fruit : Gros, jaune orangé taché de rouge, à chair juteuse et sucre, très cultivé commercialement pour sa résistance au transport et sa qualité. Arbre : De bonne vigueur et productif. Adaptation assez restreinte à la basse et moyenne Vallée du Rhône.

Rouge du Roussillon (maturité 2ème quinzaine de juillet) – Fruit : Assez gros, asymétrique, plus haut que large, jaune d’or fortement lavé de vermillon. Chair semi-adhérente au noyau, juteuse, sucrée et parfumée. Arbre : Variété vigoureuse à production régulière importante. Assez sensible à la Moniliose et à la chute des jeunes fruits. Très adapté au Midi méditerranéen.

Royal (maturité 2ème quinzaine de juillet) – Fruit : Gros, ovoïde arrondi, à sillon très marqué, jaune pâle lavé et piqueté de rouge clair, chair jaune ambré, juteuse et parfumée. Arbre : Fertile et vigoureux, à cultiver sur tige. Réussit dans le Midi, mais il est surtout répandu dans le Nord et le Centre, notamment en Côte d’Or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *