Tout savoir sur le pêcher

Le pêcher est rustique partout où il n’est pas exposé à des températures hivernales inférieures à – 20°C mais sa floraison très précoce est menacée par les gelées tardives. Vous souhaitez tout savoir sur le pêcher ?

Il ne réussit donc bien, en plein vent, que dans la moitié sud de la France. Ailleurs, sa production n’est assurée qu’en espalier bien exposé (sud-est à sud-ouest).

Grâce aux aptitudes de ses différents porte-greffes, cette essence pousse en tous terrains ne présentant pas d’humidité excessive.

Tout savoir sur le pêcher : Porte-greffes usuels

Pêcher franc sylverstris : Vigoureux, il aime les sols légers, perméables et sains ayant un faible taux de calcaire. Il confère au pêcher une longévité d’une vingtaine d’années.

Pêcher franc de Missour : Ce porte-greffe tolère le calcaire en sol sain.

Amandier : Surtout utilisé dans le Midi, il accepte les sols secs, calcaires mais bien drainés. Porte-greffe très vigoureux, à enracinement profond, qui assure au pêcher une longévité supérieure au “franc”. Sa végétation tardive s’accorde bien avec les variétés d’arrière saison.

Prunier Saint-Julien :  Très répandu au Nord de la Loire, son enracinement superficiel lui permet d’accepter les sols peu profonds et frais.

Prunier Myrobolan : Rustique, il est peu exigeant sur la nature du sol, acceptant une certaine humidité ou le calcaire. Ne redoute que la sécheresse.

Hybride Pêcher-Amandier : Cet excellent porte-greffe donne de très bons résultats dans le Sud-Ouest. Vigoureux, il accepte de fortes doses de calcaire actif. Production rapide et de qualité. Terrain sec, bien drainé.

Tout savoir sur le pêcher : Formes conseillées

La forme libre la plus rationnelle est le gobelet à 6 branches monté sur tige de 40 à 80 cm, qui atteint une hauteur de 2,50 m à 3 m environ. Distance de plantation : 5 x 5m.

En espalier, adoptez l’U simple pour les variétés peu vigoureuses et l’U double pour les autres. La distance entre charpentières doit être de 50 cm pour ces formes palissées.

Tout savoir sur le pêcher : Yeux et rameaux

Les rameaux du pêcher portent deux sortes d’organes faciles à différencier au printemps, au moment du départ de la végétation :

  1. Les yeux à bois, petits, pointus et lises, très souvent entourés à leur base de deux très petits yeux latents, dits “stipulaires”.
  2. Les boutons à fleurs, plus gros, ovoïdes et duveteux. Les uns et les autres peuvent être solitaires, mais ils sont très souvent groupés par deux ou par trois, de même nature ou en mélange : par exemple, 3 yeux à bois (ou boutons), ensemble, ou 1 œil à bois entouré de 2 boutons, ou l’inverse. Les yeux à bois doivent évoluer en rameau, l’année suivant leur formation. Dans le cas contraire, ils avortent ; c’est pourquoi la première taille de formation doit être obligatoirement effectuée au printemps qui suit la plantation.

Les yeux à bois portés par une pousse née au printemps, sont normalement destinés à évoluer à la même époque l’année suivante. Dans les parties fortement irriguées par la sève (extrémités), il est toutefois courant qu’ils se développent au cours de l’été, donnant des rameaux dits “anticipés” montrant, près de leur base, les yeux stipulaires qui encadraient l’œil à bois.

Tout savoir sur le pêcher : Taille de formation

Allongez, chaque année, les charpentières de 30 à 50 cm, selon la vigueur de l’arbre, en taillant, en mars, au-dessus d’un œil à bois bien constitué. Ce prolongement porte fréquemment des rameaux anticipés nés de l’année précédente ; rabattez ceux-ci au-dessus des 2 anciens yeux stipulaires visibles près de leur base.

Au cas où des boutons à fleurs seraient présents sur le prolongement, taillez au-dessous d’eux, sur le premier œil à bois rencontré.

Des pousses secondaires se développent rapidement à la suite de cette opération ; sélectionnez- en 3 à 5, espacées de 12 à 15 cm de chaque côté de la charpentière et supprimez toutes les autres, dès qu’elles ont quelques centimètres de longueur.

Lorsque leur allongement est suffisant, pincez ces futures coursonnes, à 3 feuilles pour celles du bout de la branche, à 5 pour les autres.

Pincez à nouveau à 2 feuilles les rameaux anticipés qui se développeront à leur extrémité. Sur les formes plantes, palissez verticalement la pousse terminale née de l’oeil supérieur qui deviendra le prolongement de l’année suivante. Fixez de même les coursonnes obliquement, en “arête de poisson”, de part et d’autre de chaque branche charpentière.

Tout savoir sur le pêcher : Principes de la taille fruitière

Les pêches se forment uniquement sur les rameaux nés au cours de l’année précédente et le bois qui a porté du fruit est définitivement incapable d’en produire à nouveau. La taille fruitière qui s’effectue en février-mars, a un double but :

  • Favoriser le développement des pêches engendrées par les boutons à fleurs.
  • Provoquer l’émission d’une nouvelle ramification, remplaçant celle que sa production a épuisée et destinée à fructifier l’année suivante.

L’idéal est d’aboutir à la situation obtenue à la suite de la taille du rameau mixte, décrite après :

  1. Les deux yeux à bois de la base donnent deux rameaux de remplacement.
  2. La partie médiane porte des fruits, accompagnés chacun d’une pousse qui attire la sève à leur profit.
  3. La pousse d’extrémité, née de l’œil à bois terminal, joue également le rôle de “tire-sève” pour l’ensemble de la coursonne.

Laissez la croître à sa guise si les rameaux de remplacement se développent normalement. Pincez-la, par contre, dans le cas contraire pour “suralimenter” la base. C’est en quelque sorte une soupape du sûreté…

Tout savoir sur le pêcher : Première taille

Selon qu’ils reçoivent plus ou moins de sève, les yeux portés par les coursonnes produisent des rameaux de type différent. Les voici par ordre de vigueur décroissante avec la taille qui doit leur être appliquée la première année :

  • Rameau gourmand : Très vigoureux, implanté par un fort empattement. Porte des yeux à bois à sa base et des rameaux anticipés à son extrémité. Taillez-le à 4 ou 5 yeux ou inclinez-le afin qu’il donne des pousses plus faibles à sa base (remplacement).
  • Rameau à bois : Vigueur normale. Ne porte que des yeux à bois et (comme le gourmand) ne peut donc donner de fruits. Taillez-le au-dessus des 2 yeux de base (remplacement).
  • Rameau mixte : Vigueur moyenne. Porte à la fois des yeux à bois, simple ou associé à des boutons à l’extrémité (régulation). Branche fruitière par excellence.
  • Branche chiffonne : Peu vigoureuse. Ne porte que des boutons sur toute sa longueur et un seul œil à bois sur toute sa longueur et un seul œil à bois à son extrémité (un autre existe parfois à la base). Ne la taillez pas si l’arbre est peu fertile. Supprimez-la dans le cas contraire.
  • Bouquet de mai : Production faible, comportant un seul œil à bois entouré de 4 à 5 boutons à fleurs. Supprimez ces derniers, afin que l’œil produise pour l’année suivante un rameau plus vigoureux, ou laissez-le intact si l’arbre est peu fertile.

Tout savoir sur le pêcher : Tailles ultérieures

A partir de la seconde année, chaque coursonne comporte, en fin d’hiver, le vieux bois qui a fructifié (s’il n’a pas déjà été éliminé par la taille en vert ci-après) et les productions issues des yeux de remplacement.

La taille à consiste à :

  1. Supprimer le vieux bois, désormais stérile.
  2. Sélectionner le rameau d’un an le plus apte à assurer la fructification et son remplacement ultérieur.

Le plus proche de la branche charpentière doit être choisi en priorité toutes les fois qu’il s’agit d’un rameau mixte capable d’assurer son renouvellement.

Taillez alors directement au-dessus de lui et traitez le comme au chapitre précédent.

Par contre, s’il ne porte que des yeux à bois et que le second possède des fleurs (rameau mixte, branche chiffone ou bouquet de mai), conservez les deux ramifications. Taillez le premier à 2 yeux (ou à 5 su c’est un gourmand), afin qu’il fournisse les futurs remplaçants et le second suivant sa nature pour qu’il assure la production de l’année. Cette taille est dite “en crochet”.

Tout savoir sur le pêcher : Opérations estivales

Afin d’exploiter au maximum la puissance végétative du pêcher au profit des seuls organes utiles, complétez la taille d’hiver par les opérations suivantes dans le cours du printemps et de l’été.

Éclaircissage : Après la chute naturelle des fruits qui se produit après la nouaison, éclaircissez les pêches qui restent, de façon à n’en laisser que 2  à 3 par coursonne, soit 20 à 30 par mètre linéaire de charpentière.

Ébourgeonnage : En même temps ou immédiatement après, supprimez à ras de leur point d’insertion, toutes les jeunes pousses autres que les futurs remplaçants qui n’accompagnent pas un fruit ou qui ne sont pas situées à l’extrémité de la coursonne.

Pincements : Dès qu’elles possèdent 7 à 8 feuilles, pincez au-dessus de la 5eme les pousses accompagnant les fruits. Faites de même pour le tire-sève terminal si les rameaux de remplacement manquent de vigueur. Ces derniers sont seulement épointés 2 semaines après la récolte, pour favoriser les yeux de base. Pincez à nouveau, à deux feuilles, tout bourgeon anticipé qui se développe à la suite de ces opérations.

Taille en vert : Aussitôt après la récolte (si celle-ci est effectuée avant le 15 septembre), supprimez toute la portion de coursonne qui a porté les fruits, en la coupant au-dessus des 2 remplaçants, afin de concentrer la sève dans ces derniers.

Effeuillage : Au début de la maturation, supprimez les feuilles masquant les fruits, pour intensifier la coloration de ceux-ci par une meilleure insolation.

Bassinages : A la même époque, pour les arbres en espalier, des pulvérisations d’eau pure effectuées dans la soirée favorisent le grossissement des pêches.

Tout savoir sur le pêcher : Variétés

Tout savoir sur le pêcher : Variétés de Pêcher

Amsden (maturité fin juin – début juillet) – Fruit : Chair blanche. Fruit assez gros, blanc crème et rouge à l’insolation. Chair fine, moyennement parfumée et sucrée. Noyau semi-libre. Arbre : Vigueur moyenne, mais très bonne productivité. Bonne résistance aux maladies.

Charles Ingouf (maturité mi-juillet) – Fruit : Chair blanche. Fruit moyen, très coloré de rouge et rose. Saveur fine, sucrée. Noyau semi-libre. Arbre : Très grande vigueur et forte productivité. Maturité échelonnée. Sensible à la Cloque.

Charles Roux (maturité début août) – Fruit : Chair blanche. Fruit moyen, demi-coloré de rouge à reflets violacés sur fond jaune crème. Chair tendre très juteuse et sucrée. Arbre : Vigoureux et productif. Moyennement sensible à la Cloque et au Monilia. Excellente variété amateur.

Dixired (maturité courant juillet – Fruit : Chair jaune. Gros fruit rouge strié de jaune. Chair ferme, juteuse, parfumée. Noyau adhérent ou semi-libre. Arbre : Vigueur assez grande. Fertilité élevée. Maturité échelonnée permettant un étalement de la récolte. Pour les régions méridionales.

Grosse Mignonne (maturité mi-août) – Fruit : Chair blanche. Gros fruit blanc doré et cramoisi. Chair juteuse et sucrée. Noyau libre. Arbre : Bonne vigueur, productivité moyenne. Recommandé en espalier pour régions au Nord de la Loire.

J.H. Hale (maturité fin août début septembre) – Fruit : Chair jaune. Très gros fruit rouge orangé teinté de rouge foncé. Chair mi-fine, juteuse, sucrée et parfumée. Noyau libre. Arbre : Assez vigoureux et très productif. Auto stérile : exige le voisinage d’autres variétés. Sensible à la Cloque.

Michelini (maturité fin août) – Fruit : Chair blanche, douce et parfumée. Gros fruit coloré de rouge et de rose sur fond jaune clair. Arbre : Très vigoureux et productif. Nécessite un éclaircissage des fruits.

Redhaven (maturité fin juillet – début août) – Fruit : Chair jaune. Fruit assez gros, largement coloré de rouge sur fond jaune orangé, pointillé de rouge. Saveur excellente, très sucrée, à goût musqué. Arbre : Vigueur moyenne, très productif. Convient à toutes les régions. Éclaircir les fruits. Sensible à la Cloque. Sa variété Early Red Haven mûrit 8 jours plus tôt.

Red top (maturité 1ere quinzaine d’août) – Fruit : Chair jaune, ferme et délicieuse, sucrée, d’excellente qualité. Fruit moyen, coloré de rouge sur toute sa surface. Arbre : Vigueur moyenne, très productif et régulier.

Redwing (maturité 1ere quinzaine d’août) – Fruit : Chair blanche, douce, sucrée, parfumée. Fruit moyen, bien coloré de rouge. Arbre : Vigoureux, bonne production régulière.

Reine des vergers (maturité fin août – début septembre) – Fruit : Chair blanche. Gros fruit rose, rouge et écarlate. Juteuse, sucrée, assez bonne. Noyau libre. Arbre : Très vigoureux. Bonne productivité. Cultivable en plein vent au Nord de la Loire.

Robin (maturité 1ere quinzaine de juillet) – Fruit : Chair jaune, juteuse, légèrement acidulée, parfumée. Noyau semi-libre. Fruit assez gros, très coloré de rouge sur fond jaune. Arbre : Assez vigoureux, très productif. Supporte bien les gelées de printemps.

Springtime (maturité fin juin) – Fruit : Chair blanche, sucrée et parfumée. Fruit moyen, jaune teinté de rouge. Arbre : Très vigoureux et très productif. Nécessite un éclaircissage.

Suncrest (maturité mi-août) – Fruit : Chair jaune, très colorée, sucrée, parfumée, excellente. Noyau semi-libre. Gros fruit, bien coloré de rouge sur fond jaune orangé. Arbre : Vigoureux, très productif, nécessite un éclaircissage des fruits.

Tout savoir sur le pêcher : Variétés de Nectarine

Crimson Gold (maturité fin juillet) – Fruit : Chair jaune, sucrée et parfumée. Arbre : Vigoureux et productif.

Fantasia (maturité fin août) – Fruit : Chair jaune, ferme, juteuse, savoureuse. Gros fruit, rouge vif sur fond jaune orangé. Arbre : Vigueur moyenne et bonne productivité.

Fuzalode (maturité mi-août) – Fruit : Chair blanche. Fruit rond assez gros presque entièrement coloré de rouge brillant. Chair fondante, sucrée et parfumée, se détachant du noyau. Arbre : Vigoureux et productif. Variété de large adaptation, réussissant partout. Fruit d’excellente qualité.

Indépendance (maturité 1ere quinzaine d’août) – Fruit : Chair jaune, de bonne qualité. Gros fruit ovoïde, très coloré. Arbre : Vigoureux et productif.

Morton (maturité fin juillet – début août) – Fruit : Chair blanche. Fruit moyen rouge écarlate brillant. Chair juteuse, sucrée et parfumée, adhérente au noyau. Arbre : Vigoureux et fertile. Eclaircir pour augmenter le calibre des fruits. Variété intéressante par se précocité.

Nectared 4 (maturité 1ere quinzaine d’août) – Fruit : Chair jaune, sucrée et parfumée. Fruit moyen, rouge sur fond jaune clair. Arbre : Très vigoureux et très productif. Mise à fruit précoce.

Nectared 6 (maturité fin août) – Fruit : Chair jaune. Très gros fruit arrondi, presque entièrement coloré de rouge carminé sur fond jaune. Chair très sucrée et parfumée. Noyau libre. Arbre : Très vigoureux, entrant vite en production. L’éclaircissage des fruits est souvent nécessaire. Une des meilleures Nectarines.

Nectarose (maturité 2eme quinzaine d’août) – Fruit : Chair blanche, juteuse, sucrée. Fruit moyen, rouge sur fond jaune. Arbre : Très vigoureux et productif.

Snow Queen (maturité 1ere quinzaine d’août) – Fruit : Chair blanche, fondante, juteuse, sucrée et très parfumée. Noyau libre. Fruit très gros, rouge brillant. Arbre : Bonne vigueur et bonne productivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *