Tout savoir sur le févier d’Amérique

Le février d’Amérique est un arbre d’origine américaine qui occupe les régions tempérées et subtropicales d’Amérique centrale. Arbre somptueux et magistral, il occupe aujourd’hui les régions européennes. Continuez pour tout savoir sur le févier d’Amérique.

Tout savoir sur le févier d’Amérique : les caractéristiques 

  • Noms communs : Févier d’Amérique
  • Nom latin : Gleditsia triacanthos
  • Famille : Fabacées, légumineuses
  • Type de plante : Arbre, arbre feuillu
  • Feuillage : Caduc
  • Hauteur : 5 à 10 m
  • Multiplication : Semis, greffe
  • Résistance au froid : Résistante 
  • Type de sol : Sol calcaire, sol sableux, sol caillouteux, humus
  • PH : Sol alcalin, sol neutre, sol acide

Arbre majestueux, le févier d’Amérique peut vivre jusqu’à 150 ans. Sa forme européenne est sans épine alors que sa forme américaine est épineuse. Le feuillage du févier est assez variable, pouvant être de deux sortes différentes. 

Les premières feuilles à la base du rameau vont être plus pennées, se composant de 14 à 30 folioles alors que les feuilles qui poussent tout au long de la saison, vont se composer d’uniquement 4 à 7 folioles. Ces feuilles vont se teinter d’une couleur jaune à la fin de la saison et avant de tomber. 

Le févier d’Amérique se couvre aussi de petites fleurs rougeâtres contenant des petites graines noires. 

Tout savoir sur le février d’Amérique : le semer 

Le févier d’Amérique est un arbre qui nécessite beaucoup de soleil, il peut aussi pousser à l’ombre mais son développement ne sera malheureusement pas optimal. Un de ses avantages est qu’il n’est absolument pas sensible à la pollution. 

Pour le planter, c’est assez simple, attendez l’automne. Creusez un trou de diamètre assez large pour que ses racines puissent s’ancrées au mieux. 

Tout savoir sur le févier d’Amérique : l’entretenir

Le févier ne nécessite pas d’entretien particulier puisqu’il est assez résistant par nature. Il faut tout de même le protéger des dangers, comme les lapins qui raffolent de son écorce notamment au début de sa croissance. Il faut aussi éliminer les rejets puisqu’il drageonne assez facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *