Tout savoir sur le céleri

Les céleris potager ont pour ancêtre l’ache des marais, plante spontanée dans les plaines humides du littoral méditerranéen. Cette espèce à toutefois été pronfondément modifiée par la culture qui a donné naissance à des plantes très différentes dans leur aspect comme dans leur utilisation. C’est maintenant pour tout savoir sur le céleri :

Pour le céleri à côtés, c’est le pétiole des feuilles qui s’est particulièrement développé.

Pour le céleri-rave, c’est la racine déjà quelque peu charnue dans le type sauvage, qui s’est considérablement renflée pour devenir comestible.

Le céleri à couper enfin, de taille plus modeste, son feuillage aromatique est utilisé pour la préparation de potages et pour des assaisonnements variés.

Les caractéristiques générales de l’espèce et le comportement de la végétation sont identiques pour les trois formes.

Tout savoir sur le céleri : Culture

Graines : Elles sont petites, triangulaires, marquées de 5 arêtes et très aromatiques. Il faut environ 2500 graines au gramme et le temps de levée est capricieux : levée en 10 à 12 jours avec chaleur de fond de 15 à 20°C ; 2 à 3 semaines en pleine terre à 11/12°C.

Rendement : 5 à 6 Kg au m2 en sol riche.

Particularités de la végétation : Le céleri est particulièrement sensible à tout ce qui peut provoquer des “à coups” de végétation dont la conséquence est soit une croissance chétive, soit une montée à graines anticipée :

  • Semis par température insuffisante
  • Variations brutales de température en cours de culture.
  • Mauvaise reprise lors de la transplantation.
  • Insuffisance d’arrosage, même temporaire, etc…

Sol – Fumure : De par son origine, le céleri préfère les climats doux et humides de type maritime. Plante exigeante en nourriture, il réclame un sol riche, copieusement pourvu en humus et pouvant être régulièrement arrosé s’il n’est pas naturellement humide. Bêchez ou labourez profondément le terrain à l’automne en enfouissant 5 kg/m2 du fumier ou compost très décomposé. Au printemps, lors de la préparation superficielle du sol, complétez cette fumure par 100 g/m2 d’un amendement organique.

Fertilisation : après la reprise suivant la mise en place des plants, épandez 3 fois de suite, à 15 jours d’intervalle, 50 g/m2 d’engrais “coup de fouet”. Arrosez copieusement après chaque application.

Tout savoir sur le céleri : Céleri à côtes

Pour récolter en août-septembre

En mars, semez clair en terrine ou caissette emplie d’un mélange de terreau, tourbe et sable, placée sur couche, en serre ou dans la maison et chauffée par-dessous  à 22/25°C (chaleur de fond).

Après la levée, dès que les plants possèdent 2 ou 3 feuilles, repiquez-les de la même façon, en terrine ou directement sur couche à 6 ou 7 cm d’écartement.

Mieux encore, afin d’éviter tout choc végétatif nuisible lors de la mise en place, repiquez en godets de tourbe dégradables afin de planter en motte.

Plantez en place à 30/35 cm d’écartement en fin avril-mai dès que les plants atteignent 12/15 cm de hauteur.

Préalablement, vous pouvez exécuter un semis de radis Fakir ou Bamba, très clair, sur l’ensemble de la planche, et planter une laitue Appia ou Elsa dans chaque intervalle entre céleris. Ces cultures intercalaires occuperont provisoirement le terrain au début de la végétation des céleris. Elles seront récoltées avant de gêner ces derniers si vous distribuez assez d’eau.

Arrosez régulièrement et copieusement. Paillez le sol au besoin pour y conserver l’humidité.

Pour récolter en automne

Fin avril-mai, semez, soit en terrine comme précédemment, soit en pépinière en plein air, soit directement en côtière. La température du sol doit être au moins égale à 11°C pour assurer une germination correcte.

Le repiquage est conseillé mais il peut à la rigueur être remplacé par un éclaircissage à 6/8 cm de distance si le semis a été effectué en pleine terre.

Plantez en juin-juillet à 30/35 cm d’écartement, après avoir rogné les plus grandes feuilles et épointé les racines, en enterrant un peu le point de départ des feuilles.

Entretenez la plantation la plantation comme ci-dessus : binages, arrosages, etc…

Récolte

Pour être consommables, les côtes de céleri doivent être préalablement “blanchies” (étiolées), en les privant de lumière.

Ce résultat peut être obtenu en liant les pieds de céleri et en ramenant autour de chacun sur les 3/4 de sa hauteur une butte de terre fine raclée dans l’interligne (buttage).

Un résultat plus parfait et plus propre peut toutefois être obtenu en entourant chaque pied de céleri de plastique noir opaque (type : “paillage”) ou encore de carton ondulé tenu en place par 2 ou 3 liens.

Il faut environ 15 à 20 jours pour obtenir un blanchiment suffisant mais ne faites étioler les céleris qu’un fur et à mesure de vos besoins car ils sont alors sensibles à la pourriture.

Pour les récoltes d’automne, les céleris étant sensibles au froid, protégez-les avant l’arrivée des premières gelées blanches : arrachez-les en mottes et replantez-les en cave ou cellier frais.

Vous pouvez également enjauger les céleris dans un coffre ou une tranchée, avec isolation de feuilles sèches ou de paille et couverture étanche (châssis, plastique, etc…).

Tout savoir sur le céleri : Céleri à couper

Il forme de petites touffes aux feuilles dressées portées par des côtes fines, creuses et tendres. Il produit de nombreux rejets.

Culture : Semez à fin-avril mai, en pépinière, à exposition chaude et plantez en place à 20 cm de distance. Arrosez régulièrement pour stimuler la production de rejets. Le céleri à couper est plus résistant au froid que le céleri à côtes. Buttez les plants à l’automne pour prolonger la récolte.

Récolte : Cueillez les feuilles en coupant leur pétiole au-dessus du collet pour ménager la pousse des rejets.

Tout savoir sur le céleri : Céleri rave

Culture : Semez à fin avril-mai comme pour les céleris à côtes et faites subir aux plants deux repiquages successifs à 3 semaines d’intervalle environ.

Espacez-les de 6 à 7 cm la première fois en réduisant de moitié la longueur de la racine principale ou “pivot”.

Au second repiquage, espacez de 10 à 12 cm après avoir épointé les plus longues racines. Ces coupures de racines favorisent le développement de la “rave”. Vous pouvez aussi avantageusement empoter les jeunes céleris en godets de tourbe dégradables afin de les mettre ultérieurement en place avec leur motte.

Plantez deux à trois semaines plus tard à 40 cm de distance après avoir effectué un semis léger de radis qui occupera provisoirement le terrain.

Maintenant le sol propre par des sarclages répétés et paillez-le si possible pour conserver la fraîcheur. Arrosez abondamment.

Arrêtez toute fertilisation lorsque la rave commence à se former. En septembre-octobre, retirez au fur et à mesure les feuilles qui viennent à jaunir.

Récolte : Arrachez avant les gelées et après avoir coupé le reste des feuilles au-dessus du collet et supprimé les racines ; conservez les raves en cave ou cellier, enfouies dans du sable ou de la tourbe. Elles se garderont ainsi, au besoin, jusqu’en février-mars.

Vous pourrez désormais vous vanter de tout savoir sur le céleri !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *