Qu’est-ce que le jardin biologique ?

Le jardinage biologique fait aujourd’hui de plus en plus d’adeptes. Le jardinage biologique est un jardinage sans produits chimiques, c’est à dire sans emploi d’engrais et de pesticides de synthèse. Mais alors qu’est-ce que le jardin biologique ?

Plus que cette définition négative, mieux vaudrait parler de jardinage qui utilise au maximum les processus biologiques dus à l’activité des êtres vivants que sont les bactéries, les champignons, les insectes, les oiseaux, les végétaux, et bien sûr, l’homme lui-même.

Qu’est-ce que le jardin biologique : Les fondements

Le jardinier biologique fait la part belle aux processus naturels qui peuvent se dérouler dans son jardin, protégeant ainsi l’environnement. Mais tout reste relatif. Tout est, en fait, une question de bon sens et de dose. Car le jardinier biologique utilise des produits comme la roténone ou la bouillie bordelaise pour protéger son jardin.

Dans la réalité, c’est plus une adaptation des méthodes de jardinage qu’une remise en cause des fondements et des traditions du jardinage depuis la nuit des temps.

Faire du jardinage biologique c’est toujours avoir en tête que le choix de la variété, le calendrier de culture et les soins du sol sont trois entités qu’ils ne faut jamais négliger.

Qu’est-ce que le jardin biologique : L’investissement

Parce qu’il demande plus d’interventions dans son jardin, le jardinage biologique suppose aussi de bien connaître ses propres limites physiques et d’estimer le temps dont on dispose pour s’y consacrer.

Inutile de voir trop grand sous peine d’échec ! Il faut aussi accepter un ordre visuel différent, avec des plantes-bandes pas toujours propres, où voisinent des légumes et des “mauvaises herbes” qui ont un rôle pourtant positif sur le bon développement de la plante cultivée.

En bref, il faut savoir regarder différemment son jardin et devenir indifférent aux critiques de son voisinage.

Qu’est-ce que le jardin biologique : Comment réussir

Pour réussir un potager biologique, il faut réunir les meilleures conditions avant de démarrer.

Le terrain choisi devra être horizontal, quitte à faire des terrasses si c’est nécessaire, bien exposé au sud pour profiter du soleil et être protégé des risques de gelée, et disposer d’un sol profond.

S’il est toujours possible d’améliorer un sol médiocre à la longue, rien n’est possible pour modifier le climat. Il faut mettre toutes les chances de son côté dès le départ.

Il faut ensuite organiser les carreaux de culture, les allées, l’aire de compostage pour recycler les déchets végétaux, les châssis et les ados pour hâter les cultures. Mieux vaut travailler en planches bien matérialisées.

Cette technique permet de facilement mettre en place la rotation des cultures, un des secrets du jardinage biologique.

Prévoyez aussi un point d’eau pour assurer l’arrosage de vos plantations. Installé au centre, il vous permet d’économiser de nombreux déplacements.

Installez vos arbres fruitiers en périphérie, à l’ouest et au nord, pour éviter de faire de l’ombre aux légumes tout en leur servant de coupe-vent.

Vous savez désormais ce qu’est le jardin biologique ! Rendez-vous sur Jardinet.fr afin de vous équiper pour réussir vos cultures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *