Comment réussir votre verger ?

Un producteur de fruits choisit la région – donc le climat – et la nature du sol, en fonction des espèces qu’il a l’intention de cultiver afin d’en tirer le meilleur rendement. Mais alors comment réussir votre verger ?

Pour un amateur, le problème se pose différemment : le jardin existe, dans une région déterminée et le terrain doit généralement être accepté tel qu’il est. Il convient alors d’orienter le choix des essences ou des porte-greffes en fonction des conditions de milieu.

Comment réussir votre verger : La température

La plupart des arbres et arbustes fruitiers sont rustiques. Cependant, certaines espèces comme les amandiers, pêchers ou abricotiers, ne supportent pas les grands froids et la fécondation des fleurs risque d’être contrariée par des gelées tardives.

Pour cette raison, ils seront surtout cultivés dans les régions du sud.

À savoir : Les pluies froides au moment de la floraison sont presque aussi néfaste que les gelées et un jardin situé au fond d’une vallée est plus exposé aux gelées printanières.

Comment réussir votre verger : Le vent

Dans les régions très ventées comme le bord de mer, il convient de protéger les arbres fruitiers par des brise-vent comme le cyprès de Provence (dans la vallée du Rhône) ou le cyprès de Lambert ou de Leyland (dans l’ouest).

À noter que dans certaines régions très dégagées de l’intérieur, plateaux, sommets de colline etc, il est bon de prévoir un brise-vent.

Comment réussir votre verger : L’exposition

À part les groseillers et framboisiers qui s’accommodent de l’ombre, une exposition ensoleillée est toujours préférable.

Évitez surtout l’ombre des grands arbres car, d’une part, elle nuit à la floraison des sujets plantés et, d’autre part, les arbres porteurs d’ombre détournent à leur profit l’eau et les éléments nutritifs du sol.

La sous alimentation des arbres fruitiers compromet ainsi leur développement.

Comment réussir votre verger : Le terrain idéal

Procédez à une analyse de votre sol pour déterminer la nature de votre terre. L’idéal étant d’avoir une bonne terre de jardin, silico-argileuse, profonde et fertile.

  • Terrain riche en calcaire actif : déconseillé pour un poirier greffé sur cognassier, les feuilles jaunissent (chlorose), l’arbre reste rabougri et produit peu.
  • Terrain superficiel et sec : déconseillé pour poiriers et pommiers, sauf si un arrosage régulier est possible.
  • Terrain sableux et perméable : toléré par les essences fruitières, mais il est conseillé de l’amender avec de l’humus et d’arroser régulièrement.
  • Terrain lourd et humide : déconseillé aux abricotiers, cerisiers, pêchers, etc… sauf si un drainage sérieux peut être installé.

Comment réussir votre verger : Quelles espèces choisir ?

Le choix des espèces fruitières que vous allez planter sera influencé, d’abord par votre prédilection pour tels ou tels fruits, ensuite par l’aptitude de ces essences à se développer et à fructifier convenablement en fonction du climat (ou du microclimat) et du sol considérés.

Un rapide coup d’oeil dans les jardins voisins vous éclairera sans aucun doute à cet égard. Vous pouvez planter avec toutes chances de succès les espèces les plus répandues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *