Comment installer une gouttière ?

Comment installer une gouttière

La gouttière est un élément indispensable à l’étanchéité de votre toiture. Un système d’évacuation d’eau permettra d’en récupérer l’eau de pluie et ainsi d’éviter un ruissellement jusqu’aux fondations de votre maison et au final une fragilisation de vos fondations. Sa pose est relativement simple si l’on suit des étapes précises. Continuez pour savoir comment installer une gouttière.

En savoir plus

Comment installer une clôture de jardin ?

Installer une clôture de jardin

Délimiter ses espaces extérieurs apporte intimité et design à votre jardin. En bois, PVC ou en acier, les clôtures allient le pratique à l’esthétique que vous vouliez délimiter votre terrain ou vos différents espaces dédiés au jardinage. Créez un espace qui vous ressemble en apprenant à installer une clôture de jardin.

Installer une clôture de jardin : législation

Si vous avez le droit d’installer une clôture pour délimiter votre terrain, il faut tout de même respecter quelques règles en vigueur. Dans la majorité des cas, aucune déclaration ne sera nécessaire.

Respectez une certaine distance à l’égard du terrain voisin ou de la voie publique lorsque vous installez votre clôture, en effet cette dernière doit être installée sur votre parcelle. Il se pourrait qu’une hauteur maximale, un matériau ou une couleur vous soit également imposé.

Vivez-vous à proximité d’un site classé ou d’un monument historique ? Il faudra alors déclarer les travaux d’implantation. Rassurez-vous, si vous souhaitez être sûr des règles s’imposant à vous, rapprochez-vous des services de votre mairie.

Installer une clôture de jardin : choisir sa clôture

Avant de faire tout choix définitif, définissez quelques critères auxquels votre clôture devra répondre :

  • Finalité : une clôture grillagée conviendra pour une simple délimitation de votre terrain ; pour vous mettre à l’abri des regards, faites le choix d’un matériau opaque.
  • Esthétique
  • Budget
  • Degré de difficulté de la pose de la clôture choisie : si vous décidez de faire faire la pose par vous-même.
  • Entretien nécessaire après pose : le bois et l’aluminium devront être régulièrement repeints.

Installer une clôture de jardin : La pose

Avant de commencer, quel que soit votre choix de clôture, munissez-vous de l’outillage nécessaire. Vous devrez avoir de quoi mesurer, creuser (si votre clôture est formée de piquets) ou aplanir, aligner et du ciment.

  • Déterminez le parcours que suivra votre clôture pour connaître la longueur totale de cette dernière. Ainsi, déterminez la quantité de chaque composante dont vous aurez besoin. Placez les poteaux principaux aux extrémités et les autres à distances égales sur le parcours. Faites rejoindre les poteaux par un cordeau pour vérifier l’alignement.
  • Creusez aux là où se trouveront vos piquets de façon à ce que les trous soient droits et d’une profondeur d’environ 60 cm.
  • Positionnez les piquets. S’ils sont en bois, traitez-les avant de les mettre en terre pour éviter qu’ils ne pourrissent. Utilisez un niveau pour que vos piquets soient verticalement positionnés.
  • Renforcez vos piquets en coulant du béton dans les trous.
  • Placez panneaux ou grillage.

Le balcon en automne

Le balcon en automne

Ne délaissez pas le balcon en automne ! Le charme saisonnier apporte à votre balcon des couleurs flamboyantes et une atmosphère enchantée. La plante de balcon est vivace, nécessite peu d’attention et vous accompagnera jour après jour alors que le temps continue de se rafraîchir.

Le balcon en automne : plantes en pot

Novembre n’est plus très loin, alors on installe nos plantes de balcon avant les premières gelées. Sortez vos jardinières et pots. Vous trouverez sans doute votre bonheur parmi la multitude de variétés végétales résistantes au froid et adaptées à une vie en balcon. Voici une liste non exhaustive de plantes à installer pour fleurir votre balcon.

  • Bruyère d’hiver : atteint une hauteur de 10 à 50 cm et nécessite une exposition mi-ombragée.
  • Marguerite d’automne ou chrysanthème : annuelle et vivace, elle atteint entre 40 et 70 cm de hauteur.
  • Cyclamen : floraison de novembre à mars, elle atteint entre les 5 et 10 cm de hauteur et nécessite un sol drainé et léger.
  • Lierre panaché : plante grimpante nécessitant une exposition ensoleillée ou mi-ombragée.
  • Pensées : fleurs d’automne et d’hiver nécessitant un sol riche et drainé.
  • Lecothoe : feuilles aux couleurs changeantes, emplacement ombragé à préférer.
  • Jacinthes : bulbes à planter tous les 20 cm à 10 cm de profondeur.
  • Skimmia Japonica : ultra-résistante, elle peut s’épanouir à l’ombre.

Le balcon en automne : potager tardif

On peut considérer qu’il commence à être tard dans l’année pour voir son potager donner des résultats visibles. Vous pouvez tout de même cultiver quelques variétés dans votre potager de balcon mais sachez que la plupart des légumes d’hiver se préparent au commencement de l’automne.

  • Radis, navets et carottes qui comptent des variétés rapides.
  • Mesclun et tout type de salade en cagette.
  • Aromates : on récolte le cerfeuil, le persil et la sauge et on plante le laurier-sauce.
  • Préparez vos semis pour le printemps et semez les fruits et légumes que vous désirez.

Le balcon en automne : préparer le printemps

Tout comme au jardin, on prépare le printemps en automne sur le balcon ! Ainsi, on nourrit la terre de nos pots et jardinières à l’aide d’engrais pour potager. Plantez des graines de moutarde, elles nourriront parfaitement votre sol. Semez dès maintenant : vos graines auront le temps de profiter des bienfaits de votre terre et se développeront tout naturellement à l’arrivée du printemps.

N’hésitez pas à varier les plaisirs entre plantes d’ornement, aromates et bulbes ! La clef pour un balcon fleurit et réussit en automne, c’est la création d’une atmosphère chaleureuse, alors suivez vos envies !

Préparer le poulailler à l’hiver

Préparer le poulailler à l'hiver

L’automne est annonciateur de l’hiver. Les jours raccourcissent et les températures baissent. Si vous avez commencé à préparer votre intérieur pour l’hiver, n’oubliez pas vos poules ! Pour leur bien-être, une vérification du poulailler et l’adaptation de quelques réflexes sont essentiels. Pour les aider à traverser l’hiver, étanchéité, sécurité et alimentation saine sont les mots d’ordre pour préparer le poulailler à l’hiver !

Préparer le poulailler à l’hiver se fait dès sa conception

Si la conception de votre poulailler est bien pensée, vous n’aurez qu’à vérifier que tout va bien à la mi-automne. Bien des personnes font l’acquisition de poules en été et ne pensent pas forcément à l’hiver lors de la conception de leur poulailler. Ne faites pas cette erreur. Pensez sur le long terme.
Surveillez le long de l’année l’état du sol de votre poulailler. S’il est humide, il y a un problème d’isolation. Privilégiez des sols en ciment, béton ou même en bois traité, plus isolants et plus simples à entretenir que de la terre battue.

Votre poulailler est mobile ? Pensez à le changer d’exposition et rapprochez-le d’une haie ou d’un mur. Ainsi, vous le protégerez un peu plus des vents et intempéries.

Préparer le poulailler à l’hiver : l’étanchéité

L’humidité, vecteur du développement rapide des germes, est l’ennemi numéro un de vos poules. Cause fréquente des maladies et décès en hiver, offrez à vos poules la protection dont elles ont besoin. Vérifiez que le toit ne présente aucune perforation, que l’air circule correctement sous l’abri et mettez en place une gouttière si ce n’est pas déjà fait.

Placez une couverture thermique ou une bâche sur le toit de votre poulailler en cas de températures extrêmes mais veillez à ce que cette solution n’encombre pas tous les points d’aération. Des aérations bouchées mènent à de la condensation, donc à de l’humidité.

Isolez vos parois à l’aide de plaques de plexiglass mais ne couvrez pas la totalité de la hauteur des ouvertures pour ne pas altérer l’aération du poulailler. Attention au polystyrène, toxique pour vos poules, si vous en utilisez, faites en sorte qu’elles ne puissent pas le picorer.

Préparer le poulailler à l’hiver : l’alimentation

Une bonne alimentation est un coup de pouce non négligeable pour aider vos poules à passer l’hiver. Veillez à ce que vos aliments pour poules soient riches en blé et apportent les vitamines nécessaires.

Ne négligez pas la quantité et qualité d’eau donnée à vos poules. Vérifiez qu’elle ne gèle pas en installant un chauffe abreuvoir ou en remplissant leur réserve d’eau tiède pour en retarder le refroidissement.

Préparer le poulailler à l’hiver : parcours extérieur

Même lorsqu’il fait froid, il vous est toujours agréable de sortir prendre un peu l’air. C’est la même chose pour vos poules. Aménagez-leur un parcours extérieur protégé du temps par des bâches transparentes et des prédateurs par un grillage. Vous pourrez installer mangeoire et abreuvoir dans cet espace dédié à leurs gambadements. Veillez à ce que votre grillage ne présente pas de trou tout au long de la saison et gardez vos poules à l’abri.

Installez-leur un bac à sable dans leur abri extérieur pour qu’elles puissent prendre leur bain de poussière même par temps humide et n’hésitez pas à mettre des jeux à leur disposition.

Comment entretenir votre piscine ?

Comment entretenir votre piscine

Il est indispensable de contrôler et de garantir la qualité et la pureté de l’eau dans votre piscine. En effet, prendre ce genre de précaution vous assure également la pérennité des équipements que vous possédez. Il est indispensable d’assurer régulièrement des tâches d’entretien afin de garder une piscine propre et fonctionnelle. Mais comment entretenir votre piscine ?

Comment entretenir votre piscine : Analyser l’eau

C’est l’une des tâches les plus importantes. L’analyse de l’eau vous permet de déceler bien des choses. Voici les différents paramètres à surveiller :

  • L’acidité de l’eau : Elle est mesurée grâce au pH (potentiel hydrogène). Le pH indique la concentration de l’eau en ions hydrogènes. Il doit être neutre, c’est-à-dire ni acide, ni trop élevé. Pour que le pH soit le plus neutre possible, il doit se situer entre 7.2 et 7.8. Au-delà, les algues vertes risques de proliférer, en deçà, l’eau sera trop acide pour vous et pour vos équipements.
  • La dureté de l’eau : Se mesure grâce au titre hydrométrique (ou TH). Le TH est l’indicateur de minéralisation de l’eau. Il est mesuré en degrés français (°f). Il vous permet de connaître la dureté de votre eau et donc sa teneur en sels minéraux. Dans l’idéal, le TH doit être situé entre 10 et 30°f. En dessous de ces valeurs l’eau sera trop douce et donc corrosive, et au-dessus, l’eau sera trop calcaire et pourra nuire à votre équipement.
  • L’alcalinité : Le TAC (titre alcalimétrique complet) est étroitement lié au pH. Le TAC permet de stabiliser le pH à la valeur recommandée, c’est ce qu’on appelle le pouvoir tampon. Tout comme le TH, la mesure de l’alcalinité s’exprime en degrés français. Pour avoir un pouvoir tampon suffisant, il est recommandé d’avoir un TAC compris entre 8° et 14°f.

Comment entretenir votre piscine : Les outils d’analyse

Afin d’analyser l’eau de votre piscine, il existe de nombreux outils dont en voici une liste succincte :

  • Les bandelettes indicatrices : Sans doute la méthode la plus simple et la moins coûteuse pour mesurer la concentration de pH de votre eau, et bien d’autres indicateurs.
  • Les pastilles réactives : Elles changent de couleurs en fonction de la teneur en minéraux de votre eau. À noter que les pastilles se limitent à l’analyse du chlore et du pH.
  • Le photomètre : C’est l’outil d’analyse par excellence. Plus coûteux que ses congénères, le photomètre a la faculté de mesurer avec la plus grande précision l’ensemble des indices liés à l’eau de votre piscine.

Comment entretenir votre piscine : Nettoyage du bassin

  • Avant d’entamer le nettoyage de printemps de votre bassin, il est primordial de ramasser les débris qui peuvent être présents à la surface de l’eau (feuilles mortes, insectes). Ce nettoyage superficiel à l’épuisette peut être fait avant chaque baignade.
  • Dans un second temps, munissez-vous d’un balai aspirateur et commencez par nettoyer les rebords et le fond de la piscine. Si vous possédez un robot de piscine autonome, la tâche n’en sera que moins fastidieuse !
  • La troisième étape est l’une des plus importantes car elle consiste à nettoyer l’intégralité de vos équipements de traitements de l’eau. La pompe et le filtre de la piscine doivent être nettoyés tous comme les skimmers (points d’entrée de votre système de filtration) ou les algues ont tendance à se développer.

Comment entretenir votre piscine : L’hivernage

Durant les périodes hivernales, il est important de protéger votre piscine et vos équipements contre le gel et autres intempéries. Il est recommandé d’hiverner sa piscine dès que la température de l’eau passe en dessous de 12°C afin d’éviter le développement des algues et bactéries. Il existe deux techniques d’hivernage prédominantes :

L’hivernage passif

Également appelé hivernage complet, l’hivernage passif se traduit par un arrêt total de l’activité de votre piscine. En effet, le nettoyage, l’entretien de l’eau et du bassin et la filtration sont à l’arrêt. C’est une technique de maintenance plutôt facile qui demande cependant une mise en place préalable.

Cette pratique possède des avantages appréciables. En effet, la consommation d’électricité liée à votre piscine devient inexistante, et l’entretient durant l’hiver est quasi nul. Une bâche d’hivernage est indispensable si vous souhaitez utiliser cette technique.

Cependant, il est important de souligner que la remise en service de votre piscine peut être contraignante et coûteuse car un grand nettoyage est nécessaire avant la remise en route de votre système.

L’hivernage actif

L’hivernage actif ou semi-hivernage, consiste à maintenir la filtration de l’eau pendant la saison hivernale. Cette technique est plus facile à mettre en oeuvre que l’hivernage passif et préserve la qualité de l’eau jusqu’à la remise en route de votre système.

Cette pratique nécessite cependant l’installation d’un système antigel et un entretien régulier du bassin (toutefois moindre qu’aux beaux jours). Même si elle est moins importante, n’oubliez pas de prendre en compte la consommation d’électricité liée à votre filtration !



Tout savoir sur le gabion

Tout savoir sur le gabion

Le gabion est une cage métallique qui peut être remplie avec des pierres. Il permet d’aménager votre environnement extérieur et peut servir de mur de clôture, de palissade ou de mur de soutènement. Il s’agit d’une solution idéale pour de nombreux usages. De plus, le gabion peut s’avérer esthétique pour votre extérieur. Vous souhaitez tout savoir sur le gabion ?

Tout savoir sur le gabion : Utilité

Comme mentionné ci-dessus, le gabion trouve son utilité dans bien des situations. Il est utilisé à travers le monde depuis des années que ce soit dans la construction ou tout simplement dans l’enjolivement d’un espace extérieur.

  • Stabilisation de talus : c’est l’une des principales utilités des gabions. Afin de soutenir correctement un talus, la mise en place de gabion est indispensable et ne nécessite aucune compétence en maçonnerie. Le but est de remplir vos gabions à l’aide de matériaux lourds afin de supporter la poussée exercée par le talus.
  • Protection des berges contre l’érosion : les gabions peuvent être utilisés afin de contrer l’érosion d’une berge. Ils permettent de soutenir cette dernière et sont également pourvus d’une grande perméabilité réduisant ainsi les impacts sur la biodiversité.
  • Habillage de façade : cette technique est de plus en plus tendance et très appréciée des architectes, car elle allie l’esthétisme moderne de l’acier et le côté rustique de la pierre. Par ailleurs, la façade en gabion ne nécessite aucun entretien et est facile d’installation.
  • Autres usages : les gabions peuvent vous permettre d’aménager votre extérieur. Les gabions sont de plus en plus utilisés comme brise vue et comme protection antibruit. Certaines personnes utilisent le gabion comme création de mobilier, comme des bancs ou encore des jardinières.

Tout savoir sur le gabion : Avantages et inconvénients

Avantages

  • L’esthétisme : grâce à la pierre, les gabions s’intègrent parfaitement dans un environnement naturel. C’est à vous de voir s’ils s’intégreront bien dans votre jardin.
  • Le prix : le gabion reste un produit peu onéreux et ne nécessite pas de fondation pour son installation. Cette installation est donc moins coûteuse que la construction d’un mur maçonné ou en béton.
  • Le respect de l’environnement : c’est l’un des atouts majeurs du gabion. Aucun agent chimique n’entre dans la composition du gabion. En effet, l’acier est totalement recyclable et la pierre est un matériau naturel.

Inconvénients

  • La taille : Outre cet inconvénient, le gabion n’en possède pas. Il faut prendre en compte qu’un gabion prend de la place. Ainsi son emplacement n’est pas prédéterminé et nécessite réflexion. Par ailleurs, la taille du matériau que vous souhaitez incorporer dans le gabion est un facteur à considérer. Ne choisissez pas de pierres trop petites au risque de les voir s’échapper de la structure.

Quels nichoirs choisir pour votre jardin ?

Quels nichoirs choisir pour votre jardin ?

Les oiseaux ne possèdent pas de résidence fixe à l’année.  Les nids servent uniquement de maternités et de pouponnières. En ville et à la campagne, des nichoirs sont installés pour le bien de nombreuses espèces. Si vous souhaitez également enrichir la biodiversité de votre jardin, l’installation de nichoirs est primordiale. Mais quels nichoirs choisir pour votre jardin ?

Quels nichoirs choisir pour votre jardin : Types de nichoirs

Il existe communément trois types de nichoirs : les nichoirs fermés, avec un trou d’envol, les nichoirs semi-ouverts avec une ouverture plus large et les nichoirs ouverts.

C’est trois types de nichoirs sont très spécifiques :

  • Les nichoirs fermés : Ces nichoirs possèdent un trou d’envol et sont destinés aux oiseaux dit “cavernicoles” (mésanges, sittelles, moineaux, étourneaux, gobemouche, rougequeue…)
  • Les nichoirs semi-ouverts :Ces nichoirs sont équipés d’une plus grande ouverture. Ils accueillent les espèces semi-cavernicoles comme la bergeronnette ou le rouge-gorge.
  • Les nichoirs ouvert : Ces nichoirs sont conçus pour les oiseaux de plus grande envergure car ils nécessitent plus de place pour leur envol que leurs congénères.

Quels nichoirs choisir pour votre jardin : Le matériau

La plupart du temps les nichoirs sont fabriqués en bois de qualité car il est important qu’ils ne se déforment pas avec l’humidité. Ce bois est naturellement traité sans produit nocif afin de ne pas porter atteinte à la santé des oiseaux.

Aujourd’hui la plupart des nichoirs sont fabriqués en un mélange de ciment et de sciure de bois agglomérée. Cette matière réduit la condensation et l’humidité et permet aux œufs et aux oisillons de se développer à une température plus constante. Par ailleurs ce type de nichoir gagne en longévité par rapport aux autres fabrications.

Quels nichoirs choisir pour votre jardin : Emplacement

L’emplacement du nichoir est très important. En effet, de nombreux facteurs ont pour cause la mortalité chez les jeunes oiseaux.

  • Il est primordial de ne jamais exposer le trou d’envol au soleil. Par ailleurs, le trou d’envol doit être orienté à l’opposé des vents violents. Une orientation Est ou Sud-Est est conseillée.
  • Privilégiez l’emplacement sur un arbre solide ou un mur. Les œufs et les oisillons doivent être hors de portée des prédateurs. Le nichoir ne doit pas se situer à moins de 1,50 m du sol.
  • Il est conseiller d’incliner légèrement le nichoir vers l’avant afin d’éviter que l’eau ne ruisselle dans le trou d’envol. Évitez de le fixer aux branches d’un peuplier ou d’un bouleau car elles sont fragiles et cassantes.

Comment fabriquer votre serre ?

Comment fabriquer votre serre

Une serre tunnel offre de nombreux avantages, elle protégera vos plantes et récoltes du mauvais temps et accélérera leur croissance. C’est également un espace parfaitement adapté pour accueillir vos plantes sensibles l’hiver. Mais comment fabriquer votre serre ? En savoir plus

Comment poser votre bordure de gazon ?

Comment poser votre bordure de gazon ?

La création d’une bordure au niveau de votre gazon vous offrira l’occasion de finaliser l’esthétique de votre jardin, tout en séparant ses différentes zones. Il existe de nombreux genres de bordures, en matériaux divers, qui vous offriront facilement l’effet souhaité. Mais alors comment poser votre bordure de gazon ? En savoir plus

Comment réussir votre verger ?

Comment réussir votre verger

Un producteur de fruits choisit la région – donc le climat – et la nature du sol, en fonction des espèces qu’il a l’intention de cultiver afin d’en tirer le meilleur rendement. Mais alors comment réussir votre verger ? En savoir plus